Colis piégés à des anti-Trump: le suspect prêt à plaider coupable

Colis piégés à des anti-Trump: le suspect prêt à plaider coupable

Il était fan de Donald Trump et en pleine dérive extrémiste quand il a envoyé des colis piégés à des personnalités démocrates ou opposées au président: Cesar Sayoc, qui avait fait monter la tension pendant la campagne législative américaine, doit plaider coupable jeudi à New York.

>Colis piégés aux USA: le principal suspect avait été inculpé en 2002 pour une menace à la bombe

Cet homme de 57 ans, arrêté en Floride le 26 octobre dernier après une chasse à l’homme ultra-médiatisée, est attendu au tribunal fédéral de Manhattan à 16 heures (20h00 GMT). Il devrait se reconnaître coupable de certains des 30 chefs d’accusation retenus contre lui, sans qu’on sache précisément lesquels.

Les accusations sont toutes liées aux 16 colis piégés qu’il est accusé d’avoir expédiés fin octobre dernier à une douzaine de personnalités anti-Trump et à la chaîne CNN, depuis un bureau de poste de Floride.

Parmi les personnalités visées: le milliardaire et philanthrope George Soros, l’ex-secrétaire d’Etat Hillary Clinton, l’ex-président Barack Obama et l’ex-vice-président Joe Biden, l’acteur Robert de Niro...Et d’autres élus démocrates désormais candidats à la présidentielle 2020, comme Cory Booker et Kamala Harris.

Aucun des colis n’avait explosé ni même atteint leur destinataire, et leur dangerosité a été diversement évaluée.

Mais en visant spécifiquement les démocrates, Cesar Sayoc, alias Cesar Altieri, identifié par ses empreintes et son ADN retrouvés sur les colis, avait contribué à tendre le climat politique américain, en pleine campagne pour les élections de mi-mandat du 6 novembre.

Si les 30 chefs d’accusation lui faisaient risquer la perpétuité, en cas de condamnation à l’issue d’un procès, sa reconnaissance partielle de culpabilité attendue jeudi devrait lui valoir une peine plus clémente.

Sa sentence ne devrait cependant pas être prononcée avant plusieurs semaines.

Un homme en colère

En attendant de connaître son sort, beaucoup d’informations ont filtré sur son passé. Informations qui, ajoutées à celles qui ont émergé ensuite sur Robert Bowers, le tueur de la synagogue de Pittsburgh qui a abattu 11 personnes le 27 octobre — ont alimenté le débat sur la montée de l’extrémisme, la responsabilité des réseaux sociaux, et le rôle de Donald Trump dans la montée des tensions.

En rupture avec sa famille et en faillite financière, Cesar Sayoc vivait dans une camionnette couverte d’autocollants pro-Trump.

Son casier judiciaire s’alourdissait depuis 1991, enchaînant condamnations pour vol, fraude, violences, et une menace de faire exploser une bombe à l’encontre de son fournisseur d’électricité.

En 2016, cet ex-gérant d’un club de strip-tease, adepte de culturisme et d’arts martiaux mixtes, s’était découvert une passion pour Donald Trump, alors en pleine ascension politique.

Ses contributions sur les réseaux sociaux se politisent alors radicalement: il s’affiche avec sa casquette rouge au slogan «Make America Great Again», partage informations et images pro-Trump, et relaie des articles de sites ultra-conservateurs et complotistes.

«Il était très en colère contre le monde, les Noirs, les juifs, les gays», racontait après son arrestation Debra Gureghian, manager d’une pizzeria de Floride où M. Sayoc travailla quelques mois.

Cesar Sayoc expliquera-t-il son parcours au juge? Rien ne le garantit.

Ron Lowy, avocat qui le défendit en 2002 et resté proche de sa famille, le décrivait fin octobre sur la radio NPR comme un homme à «l’intellect limité», «comme un enfant dans un corps d’homme».

>Colis piégés aux USA: un «coup monté des démocrates», pour les fans de théories du complot

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite