La nouvelle Direction de la sécurisation de la police fédérale peine à recruter

La nouvelle Direction de la sécurisation de la police fédérale peine à recruter

Depuis le 1er janvier, la police fédérale dispose d’une nouvelle unité, la Direction de la sécurisation (DAB). Mais elle peine à recruter le personnel nécessaire, écrit jeudi De Tijd. A terme, le service doit compter 1.600 agents, mais seules 658 personnes ont été embauchées.

Surveiller des bâtiments critiques comme les centrales nucléaires, l’aéroport de Zaventem, les palais royaux et les quartiers militaires de l’Otan, assurer le transport des détenus... La Direction de la sécurisation est chargée de différentes tâches de sécurité.

Mais les chiffres fournis par le ministre de l’Intérieur Pieter de Crem (CD&V) à la députée PS Nawal Ben Hamou mettent en lumière un manque de personnel. Plus de la moitié des membres du service sont des agents de l’ancien corps de sécurité de la Justice qui ont été transférés à la police. Seuls 32 militaires ont fait le pas vers ce service de la police.

Il s’agirait davantage d’un problème d’image que d’un problème budgétaire, d’après le représentant syndical Carlo Medo (SNPS).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. Oriol Junqueras a répondu pour la première fois depuis son incarcération aux questions des journalistes, réunis dans une rédaction à plus de 600 kilomètres de l’endroit où il est emprisonné.

    Les Catalans en campagne depuis la prison

  3. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite