Mort du caporal Noyer: reconstitution en présence de Nordahl Lelandais

Mort du caporal Noyer: reconstitution en présence de Nordahl Lelandais

Une reconstitution de la nuit où le caporal Arthur Noyer a trouvé la mort a été organisée dans la nuit de mercredi à jeudi à Chambéry et ses alentours, en présence de Nordahl Lelandais, mis en examen dans cette affaire pour «assassinat».

Le procureur de la République de Chambéry Thierry Dran a annoncé à l’AFP qu’il n’y aurait pas de communication à l’issue de cette reconstitution, qui a pris fin peu avant 9H00.

Nordahl Lelandais, par ailleurs mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys De Araujo et des agressions sur deux petites cousines, affirme que Arthur Noyer est mort lors d’une bagarre à Saint-Baldoph, près de Chambéry, après l’avoir pris en stop à la sortie d’une boîte de nuit.

Mercredi soir, peu avant minuit, les forces de l’ordre s’étaient positionnées en force à proximité du Carré curial, le quartier de Chambéry où Nordahl Lelandais et Arthur Noyer avaient passé la soirée du 11 au 12 avril 2017.

Cette nuit-là, le caporal de 23 ans, membre du 13e Bataillon de chasseurs alpins, a disparu.

Bagarre

En décembre 2017, le procureur avait annoncé qu’un rapprochement était fait entre cette disparition et Nordahl Lelandais. L’ADN d’Arthur Noyer venait alors d’être retrouvé sur des «restes d’un crâne humain» découverts par un promeneur sur un chemin de randonnée le 7 septembre, à Montmélian, toujours près de Chambéry.

Nordahl Lelandais avait d’abord nié tout implication, puis reconnu en mars 2018, devant les juges d’instruction de Chambéry, une bagarre entre lui et Arthur Noyer, qui avait entraîné la mort de ce dernier.

En provenance d’un lieu inconnu, le convoi des participants à la reconstitution, où se trouvait l’Audi A3 gris clair de Lelandais, est arrivé à 2H00 aux abords du rond-point où Nordahl Lelandais a pris Arthur Noyer en stop, a constaté l’AFP.

Sur place, Nordahl Lelandais et son avocat Me Alain Jakubowicz, l’avocat des parents d’Arthur Noyer Me Bernard Boulloud, les juges d’instruction de Chambéry, le procureur et sa vice-procureure, ainsi que d’autres protagonistes, sont restés environ trente minutes.

Des draps avaient été déployés afin de ne pas dévoiler la scène aux badauds et aux journalistes présents.

Le convoi s’est ensuite rendu à Saint-Baldoph, où Nordahl Lelandais dit s’être battu avec le militaire. La commune avait été bouclée par les forces de l’ordre. Rien n’a donc filtré sur cet épisode qui a duré plusieurs heures.

Le convoi s’est enfin dirigé vers le col de Marocaz, à une dizaine de kilomètres de Chambéry, où Nordahl Lelandais dit avoir abandonné le corps du caporal Arthur Noyer.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. FILES-GERMANY-POLITICS-CABINET

    Présidence de la Commission européenne: le moment de vérité pour von der Leyen

  3. ©News

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite