Mort du caporal Noyer: reconstitution en présence de Nordahl Lelandais

Mort du caporal Noyer: reconstitution en présence de Nordahl Lelandais

Une reconstitution de la nuit où le caporal Arthur Noyer a trouvé la mort a été organisée dans la nuit de mercredi à jeudi à Chambéry et ses alentours, en présence de Nordahl Lelandais, mis en examen dans cette affaire pour «assassinat».

Le procureur de la République de Chambéry Thierry Dran a annoncé à l’AFP qu’il n’y aurait pas de communication à l’issue de cette reconstitution, qui a pris fin peu avant 9H00.

Nordahl Lelandais, par ailleurs mis en examen pour le meurtre de la petite Maëlys De Araujo et des agressions sur deux petites cousines, affirme que Arthur Noyer est mort lors d’une bagarre à Saint-Baldoph, près de Chambéry, après l’avoir pris en stop à la sortie d’une boîte de nuit.

Mercredi soir, peu avant minuit, les forces de l’ordre s’étaient positionnées en force à proximité du Carré curial, le quartier de Chambéry où Nordahl Lelandais et Arthur Noyer avaient passé la soirée du 11 au 12 avril 2017.

Cette nuit-là, le caporal de 23 ans, membre du 13e Bataillon de chasseurs alpins, a disparu.

Bagarre

En décembre 2017, le procureur avait annoncé qu’un rapprochement était fait entre cette disparition et Nordahl Lelandais. L’ADN d’Arthur Noyer venait alors d’être retrouvé sur des «restes d’un crâne humain» découverts par un promeneur sur un chemin de randonnée le 7 septembre, à Montmélian, toujours près de Chambéry.

Nordahl Lelandais avait d’abord nié tout implication, puis reconnu en mars 2018, devant les juges d’instruction de Chambéry, une bagarre entre lui et Arthur Noyer, qui avait entraîné la mort de ce dernier.

En provenance d’un lieu inconnu, le convoi des participants à la reconstitution, où se trouvait l’Audi A3 gris clair de Lelandais, est arrivé à 2H00 aux abords du rond-point où Nordahl Lelandais a pris Arthur Noyer en stop, a constaté l’AFP.

Sur place, Nordahl Lelandais et son avocat Me Alain Jakubowicz, l’avocat des parents d’Arthur Noyer Me Bernard Boulloud, les juges d’instruction de Chambéry, le procureur et sa vice-procureure, ainsi que d’autres protagonistes, sont restés environ trente minutes.

Des draps avaient été déployés afin de ne pas dévoiler la scène aux badauds et aux journalistes présents.

Le convoi s’est ensuite rendu à Saint-Baldoph, où Nordahl Lelandais dit s’être battu avec le militaire. La commune avait été bouclée par les forces de l’ordre. Rien n’a donc filtré sur cet épisode qui a duré plusieurs heures.

Le convoi s’est enfin dirigé vers le col de Marocaz, à une dizaine de kilomètres de Chambéry, où Nordahl Lelandais dit avoir abandonné le corps du caporal Arthur Noyer.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite