L’empreinte belge sur la déforestation dans le monde continue d’augmenter

L’empreinte belge sur la déforestation dans le monde continue d’augmenter

Les surfaces mobilisées dans le monde pour le bois, le soja, le bœuf, le cacao, l’huile de palme, le café et le caoutchouc importés en Belgique équivalent à plus de trois fois la superficie du pays. Cette empreinte a bondi de 30% entre 2013 et 2017, ressort-il d’une étude publiée jeudi par le WWF. Or 40% de ces importations proviennent de pays «ayant un risque de déforestation élevé ou très élevé».

Les importations belges de sept matières premières liées à la dégradation des forêts représentent 10,4 millions d’hectares par an, dont un tiers est destiné à la consommation belge (le reste étant réexporté). Un peu moins de la moitié, soit 4,2 millions d’hectares, sont situés dans des pays à haut niveau de déforestation, d’après l’étude réalisée par le cabinet 3Keel pour le WWF-Belgique.

En cause principalement: le soja brésilien et argentin, le cacao ivoirien, l’huile de palme indonésienne ainsi que le bois et la pâte à papier provenant de Russie.

Le soja à haut risque de déforestation importé en Belgique représente à lui seul près de 1,3 million d’hectares. Cette légumineuse sert principalement pour l’alimentation animale mais une part croissante est dédiée à la production d’agrocarburants.

Privilégier le local, le bio, la senconde main...

Le rapport ne permet pas de savoir combien d’hectares ont effectivement été déforestés pour les importations belges, mais, dans les pays pointés,«la destruction de forêts et de savanes naturelles riches en biodiversité au profit de l’agriculture ou de la coupe de bois est largement documentée et souvent associée à des faits de corruption, d’accaparement de terres, de non-respect des droits des peuples autochtones et de violation des droits des travailleurs», précise le WWF.

L’association environnementale demande aux pouvoirs publics de soutenir«une loi européenne contre la déforestation importée» et de mettre en oeuvre une stratégie nationale. Les entreprises devraient exiger «une production zéro déforestation».

Quant aux consommateurs, ils manquent d’informations mais peuvent néanmoins agir en privilégiant la viande issue d’un élevage local, biologique et extensif, les produits de deuxième main ou recyclés ainsi que ceux issus du commerce équitable.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite