Le Royaume-Uni et l’Europe perdraient des milliards d’euros en cas de Brexit sans accord

Le Royaume-Uni et l’Europe perdraient des milliards d’euros en cas de Brexit sans accord

En cas de Brexit sans accord, la richesse produite du Royaume-Uni serait amputée de 57,3 milliards d’euros par an, soit presque 900 euros par habitant, et celle de l’Union européenne de 40,4 milliards, révèle jeudi une étude de l’institut Bertelsmann. «Le Brexit pourrait sérieusement endommager les fondations de la plus grande zone économique du monde et Bruxelles et Londres doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir à un accord», commente Aart de Geus, le président de l’institut allemand.

Outre le Royaume-Uni, l’Allemagne (9,5 milliards d’euros) et la France (7,73) devraient compléter le podium des pays les plus touchés par le Brexit. Aucun pays de l’UE n’échappe à un effet négatif, Malte (-31 millions d’euros) et Chypre (-42 millions d’euros) étant ceux qui négocieront le mieux le départ du Royaume-Uni.

L’étude montre également et sans surprise que les régions les plus proches du Royaume-Uni seront les plus touchées par le Brexit, quel que soit le scénario, en raison de la hausse des prix attendus et des conséquences sur la productivité. Les Irlandais pourraient ainsi perdre jusqu’à 720 euros par habitant dans le pire des cas. Ensuite, toutes les zones situées le long de la Manche et de la Mer du Nord, de la Bretagne aux Pays-Bas, seront les plus touchées, avec un effet qui se dissipera en s’enfonçant dans le continent.

>Theresa May est «déterminée» à mener à bien le Brexit

Bénéfique à la Chine et aux Etats-Unis

Le scénario d’un «soft Brexit» adoucit à peine ce tableau, complète Bertelsmann qui précise qu’il s’agit d’un effet lissé sur plusieurs années et que l’impact devrait être plus élevé dans les mois qui suivront le départ. Dans le cas de figure d’un Brexit avec accord, le Royaume-Uni ne perdrait plus «que» 32 milliards d’euros par an, et l’Europe 22 milliards d’euros.

A contrario, des pays comme les Etats-Unis ou la Chine tireront leur épingle du jeu en cas de Brexit. Avec le scénario sans accord, les Américains peuvent espérer enregistrer 13,2 milliards d’euros de richesses supplémentaires, contre 5,3 milliards d’euros pour les Chinois.

«La chaîne de valeurs en Europe sera affectée négativement par le Brexit. Cela rendra plus cher le commerce à l’intérieur de l’Europe et rendra plus attractif celui avec le reste du monde», déplore Dominic Ponattu, co-auteur du rapport.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite