Le Royaume-Uni et l’Europe perdraient des milliards d’euros en cas de Brexit sans accord

Le Royaume-Uni et l’Europe perdraient des milliards d’euros en cas de Brexit sans accord

En cas de Brexit sans accord, la richesse produite du Royaume-Uni serait amputée de 57,3 milliards d’euros par an, soit presque 900 euros par habitant, et celle de l’Union européenne de 40,4 milliards, révèle jeudi une étude de l’institut Bertelsmann. «Le Brexit pourrait sérieusement endommager les fondations de la plus grande zone économique du monde et Bruxelles et Londres doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir à un accord», commente Aart de Geus, le président de l’institut allemand.

Outre le Royaume-Uni, l’Allemagne (9,5 milliards d’euros) et la France (7,73) devraient compléter le podium des pays les plus touchés par le Brexit. Aucun pays de l’UE n’échappe à un effet négatif, Malte (-31 millions d’euros) et Chypre (-42 millions d’euros) étant ceux qui négocieront le mieux le départ du Royaume-Uni.

L’étude montre également et sans surprise que les régions les plus proches du Royaume-Uni seront les plus touchées par le Brexit, quel que soit le scénario, en raison de la hausse des prix attendus et des conséquences sur la productivité. Les Irlandais pourraient ainsi perdre jusqu’à 720 euros par habitant dans le pire des cas. Ensuite, toutes les zones situées le long de la Manche et de la Mer du Nord, de la Bretagne aux Pays-Bas, seront les plus touchées, avec un effet qui se dissipera en s’enfonçant dans le continent.

>Theresa May est «déterminée» à mener à bien le Brexit

Bénéfique à la Chine et aux Etats-Unis

Le scénario d’un «soft Brexit» adoucit à peine ce tableau, complète Bertelsmann qui précise qu’il s’agit d’un effet lissé sur plusieurs années et que l’impact devrait être plus élevé dans les mois qui suivront le départ. Dans le cas de figure d’un Brexit avec accord, le Royaume-Uni ne perdrait plus «que» 32 milliards d’euros par an, et l’Europe 22 milliards d’euros.

A contrario, des pays comme les Etats-Unis ou la Chine tireront leur épingle du jeu en cas de Brexit. Avec le scénario sans accord, les Américains peuvent espérer enregistrer 13,2 milliards d’euros de richesses supplémentaires, contre 5,3 milliards d’euros pour les Chinois.

«La chaîne de valeurs en Europe sera affectée négativement par le Brexit. Cela rendra plus cher le commerce à l’intérieur de l’Europe et rendra plus attractif celui avec le reste du monde», déplore Dominic Ponattu, co-auteur du rapport.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite