Le Royaume-Uni et l’Europe perdraient des milliards d’euros en cas de Brexit sans accord

Le Royaume-Uni et l’Europe perdraient des milliards d’euros en cas de Brexit sans accord

En cas de Brexit sans accord, la richesse produite du Royaume-Uni serait amputée de 57,3 milliards d’euros par an, soit presque 900 euros par habitant, et celle de l’Union européenne de 40,4 milliards, révèle jeudi une étude de l’institut Bertelsmann. «Le Brexit pourrait sérieusement endommager les fondations de la plus grande zone économique du monde et Bruxelles et Londres doivent faire tout ce qui est en leur pouvoir pour parvenir à un accord», commente Aart de Geus, le président de l’institut allemand.

Outre le Royaume-Uni, l’Allemagne (9,5 milliards d’euros) et la France (7,73) devraient compléter le podium des pays les plus touchés par le Brexit. Aucun pays de l’UE n’échappe à un effet négatif, Malte (-31 millions d’euros) et Chypre (-42 millions d’euros) étant ceux qui négocieront le mieux le départ du Royaume-Uni.

L’étude montre également et sans surprise que les régions les plus proches du Royaume-Uni seront les plus touchées par le Brexit, quel que soit le scénario, en raison de la hausse des prix attendus et des conséquences sur la productivité. Les Irlandais pourraient ainsi perdre jusqu’à 720 euros par habitant dans le pire des cas. Ensuite, toutes les zones situées le long de la Manche et de la Mer du Nord, de la Bretagne aux Pays-Bas, seront les plus touchées, avec un effet qui se dissipera en s’enfonçant dans le continent.

>Theresa May est «déterminée» à mener à bien le Brexit

Bénéfique à la Chine et aux Etats-Unis

Le scénario d’un «soft Brexit» adoucit à peine ce tableau, complète Bertelsmann qui précise qu’il s’agit d’un effet lissé sur plusieurs années et que l’impact devrait être plus élevé dans les mois qui suivront le départ. Dans le cas de figure d’un Brexit avec accord, le Royaume-Uni ne perdrait plus «que» 32 milliards d’euros par an, et l’Europe 22 milliards d’euros.

A contrario, des pays comme les Etats-Unis ou la Chine tireront leur épingle du jeu en cas de Brexit. Avec le scénario sans accord, les Américains peuvent espérer enregistrer 13,2 milliards d’euros de richesses supplémentaires, contre 5,3 milliards d’euros pour les Chinois.

«La chaîne de valeurs en Europe sera affectée négativement par le Brexit. Cela rendra plus cher le commerce à l’intérieur de l’Europe et rendra plus attractif celui avec le reste du monde», déplore Dominic Ponattu, co-auteur du rapport.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite