Ligue des champions: entre Barcelone et Manchester United, la guerre a déjà commencé, à propos du prix des places à l’extérieur

Des supporters de Manchester United
Des supporters de Manchester United - PhotoNews

Le 16 avril prochain, le FC Barcelone reçoit Manchester United, en huitièmes de finale retour de Ligue des champions. Les places dans le parcage du Camp Nou réservé aux supporters adverses ont donc été mises en vente, pour que les Mancuniens puissent venir soutenir leur équipe. Mais le prix est pour le moins dissuasif. 120 euros le billet, pour être placé tout en haut du plus grand stade d’Europe, et avoir une visibilité limitée, les supporters de United ont trouvé cela abusif.

Heureusement pour eux, leur club ne les a pas abandonnés. Ceux qui se déplaceront jusqu’en Catalogne ne paeiront finalement que 88 euros, soit 32 euros de moins que le prix initial. Néanmoins, tout cela n’est pas gratuit. Pour financer cette participation au prix du billet, Manchester a fixé le tarif des places en parcage visiteurs lors du match aller à Old Trafford, le 10 avril, à… 120 euros. Par conséquent, ce sont les Barcelonais qui vont « payer » une partie du ticket des supporters adverses, mais qui vont surtout payer les pots cassés de la décision du Barça.

« Le FC Barcelone a confirmé que nos places pour ce match (au Camp Nou) seront à 120 euros, a communiqué le club mancunien. Nous pensons que nos supporters effectuant le déplacement font à nouveau l’objet d’une augmentation excessive des prix de la part du club accueillant le match. Comme pour Valence en phase de groupes et pour le FC Séville la saison passée, nous avons pris à nouveau la difficile décision de faire payer aux supporters du FC Barcelone, pour le match aller à Old Trafford, le même montant que le FC Barcelone impose pour le match retour. Nous allons utiliser les revenus dégagés de cette hausse pour financer la différence de 32 euros pour chacun de nos supporters faisant le déplacement (à Barcelone). » Œil pour œil, dent pour dent.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite