Macron agite la menace d’un «no deal» en cas de rejet de l’accord sur le Brexit

Macron agite la menace d’un «no deal» en cas de rejet de l’accord sur le Brexit

Le président français Emmanuel Macron a averti jeudi qu’en cas de nouveau rejet de l’accord sur le Brexit par les députés britanniques « nous irions vers un no deal », en arrivant au sommet à Bruxelles.

«  S’il n’y a pas de vote positif (à la Chambre des communes), alors nous irons dans la direction d’un no deal », a également estimé le Premier ministre luxembourgeois Xavier Betel.

La première ministre britannique Theresa May a indiqué qu’elle souhaitait « aussi vite que possible » soumettre à nouveau aux députés le traité de retrait, déjà rejeté par deux fois.

Un report jusqu’à la veille des élections européennes

Les dirigeants européens s’apprêtent à rejeter le report de trois mois du Brexit que vient leur présenter jeudi à Bruxelles une Theresa May aux abois, jugeant que la sortie du Royaume-Uni de l’UE peut être retardée, mais pas au-delà des élections européennes de mai.

La Première ministre britannique est attendue en début d’après-midi par les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 autres pays de l’Union européenne, lassés des atermoiements britanniques et décidés à poser leurs conditions à un court décalage du divorce.

Mme May leur exposera en personne ce qu’elle leur a écrit la veille : la demande d’un décalage jusqu’au 30 juin, pour avoir le temps de convaincre les parlementaires britanniques d’accepter puis de ratifier le traité de divorce conclu avec l’UE, qu’ils ont déjà rejeté par deux fois.

Mais lors d’une réunion mercredi soir, les ambassadeurs des 27 ont déjà recadré le débat. « La question de la date sera une décision des chefs d’Etat », à prendre à l’unanimité, a souligné une source européenne, mais « l’orientation » qui s’est dessinée (…) est de refuser la date du 30 juin et de se diriger vers une prolongation plus courte.

La date du 22 mai, soit avant les élections européennes prévues du 23 au 26 mai, a rassemblé « une large majorité », a ajouté une source diplomatique, tout en précisant que plusieurs représentants n’avaient pas encore reçu les instructions de leurs capitales.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue à la crise fédérale: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite