Macron agite la menace d’un «no deal» en cas de rejet de l’accord sur le Brexit

Macron agite la menace d’un «no deal» en cas de rejet de l’accord sur le Brexit

Le président français Emmanuel Macron a averti jeudi qu’en cas de nouveau rejet de l’accord sur le Brexit par les députés britanniques « nous irions vers un no deal », en arrivant au sommet à Bruxelles.

«  S’il n’y a pas de vote positif (à la Chambre des communes), alors nous irons dans la direction d’un no deal », a également estimé le Premier ministre luxembourgeois Xavier Betel.

La première ministre britannique Theresa May a indiqué qu’elle souhaitait « aussi vite que possible » soumettre à nouveau aux députés le traité de retrait, déjà rejeté par deux fois.

Un report jusqu’à la veille des élections européennes

Les dirigeants européens s’apprêtent à rejeter le report de trois mois du Brexit que vient leur présenter jeudi à Bruxelles une Theresa May aux abois, jugeant que la sortie du Royaume-Uni de l’UE peut être retardée, mais pas au-delà des élections européennes de mai.

La Première ministre britannique est attendue en début d’après-midi par les chefs d’Etat et de gouvernement des 27 autres pays de l’Union européenne, lassés des atermoiements britanniques et décidés à poser leurs conditions à un court décalage du divorce.

Mme May leur exposera en personne ce qu’elle leur a écrit la veille : la demande d’un décalage jusqu’au 30 juin, pour avoir le temps de convaincre les parlementaires britanniques d’accepter puis de ratifier le traité de divorce conclu avec l’UE, qu’ils ont déjà rejeté par deux fois.

Mais lors d’une réunion mercredi soir, les ambassadeurs des 27 ont déjà recadré le débat. « La question de la date sera une décision des chefs d’Etat », à prendre à l’unanimité, a souligné une source européenne, mais « l’orientation » qui s’est dessinée (…) est de refuser la date du 30 juin et de se diriger vers une prolongation plus courte.

La date du 22 mai, soit avant les élections européennes prévues du 23 au 26 mai, a rassemblé « une large majorité », a ajouté une source diplomatique, tout en précisant que plusieurs représentants n’avaient pas encore reçu les instructions de leurs capitales.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite