3.300 jeunes marchent pour le Climat: « Le mouvement n’est pas près de s’arrêter»

3.300 jeunes marchent pour le Climat: « Le mouvement n’est pas près de s’arrêter»

La onzième marche nationale pour le climat, initiée par le mouvement Youth for Climate, a eu lieu ce jeudi.

La plus grande mobilisation a eu lieu à Liège, où plus d’un millier de jeunes se sont rassemblés sur l’esplanade des Guillemins. Des étudiants flamands se sont joints aux Liégeois, qui pouvaient également compter sur le renfort de quelques «gilets jaunes» et d’un groupe de personnes plus âgées venues défendre un avenir meilleur pour leurs petits-enfants.

«Nous voici à nouveau dans la rue pour exiger des politiques le vote d’une loi climat. C’est aujourd’hui qu’il faut bouger. Maintenant! Tout de suite! Et non après le 26 mai», a souligné une représentante du mouvement Youth For Climate liégeois. «Après onze manifestations ayant rassemblé des milliers de jeunes, les politiques doivent savoir que le mouvement n’est pas près de s’arrêter. Il va même s’intensifier si la loi climat n’est pas votée d’ici un mois. C’est de notre vie à tous dont il s’agit! Alors faites votre travail et légalisez nos chances de survie», a-t-elle ajouté, s’adressant ainsi aux politiques du pays.

L’action principale du mouvement Youth For Climate se déroule à Liège, mais des actions décentralisées ont également lieu dans d’autres villes.

Wavre. © Belga
Wavre. © Belga

Un millier d’élèves, selon la police, ont marché jeudi peu après 13h00 dans les rues de Wavre, la ville du Premier ministre Charles Michel. Ce sont les élèves de l’école de Basse-Wavre qui ont pris l’initiative de contacter les autorités locales afin d’organiser la marche. «Nous courons à la catastrophe et les générations précédentes ont agi de manière irresponsable», a affirmé l’une des organisatrices.

Quelque 500 élèves de secondaire et étudiants du supérieur ont manifesté dans les rues de Bruxelles pour le climat, selon les chiffres de la police. Munis de leurs traditionnelles pancartes et banderoles, les jeunes ont manifesté sur le parcours habituel, qui rejoint la Gare du Midi au départ de la Gare du Nord.

Saint-Georges sur Meuse. © Photo News
Saint-Georges sur Meuse. © Photo News

Quelque 600 élèves provenant de deux écoles de Saint-Georges-sur-Meuse (province de Liège) ont marché dans les rues de leur commune, selon les chiffres communiqués par la police.

Anvers. © Photo News
Anvers. © Photo News

A Anvers, environ 200 jeunes ont participé au désormais traditionnel défilé du jeudi pour le climat. La participation était un peu moins importante que précédemment. «Vous êtes les irréductibles des actions climatiques», ont lancé les organisateurs aux participants.

Les participants ont scandé des slogans tels que «On est plus chaud que le climat », «Change the system, not the climate! » et «La planète a trop chaud et le gouvernement ne fait rien».

La semaine dernière, l’appel à la grève mondiale pour le climat, lancé par la militante suédoise Greta Thunberg, avait drainé entre 30.000 et 35.000 personnes à Bruxelles.

Les jeunes entendent manifester tous les jeudis jusqu’aux élections du 26 mai afin de réclamer des politiques climatiques ambitieuses.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les parents de Simon Gautier ont formellement identifié le corps du jeune homme ce lundi.

    Italie: pourquoi le randonneur français Simon Gautier n’a pas été géolocalisé plus tôt

  2. Le stade dressé à Anvers pour accueillir l’Euro est un modèle du genre. Mais il coûte un pont !  A fonds perdu.

    Hockey: un stade voulu à Bruxelles, espéré à Wavre, avancé à Anvers

  3. Jean Faniel, docteur en sciences politiques, est directeur général du CRISP.

    Une guéguerre entre constitutionnalistes comme entre politiques?

Chroniques
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • bpost: la balle est dans le camp de l’Etat actionnaire

    Le départ annoncé du patron de bpost n’est pas une surprise. Koen Van Gerven a même plutôt de la chance d’arriver au terme de son mandat en février prochain. Le couperet tient dans le niveau du cours de Bourse qui atteste de la descente aux enfers de l’action bpost, passée de 28 euros en février 2018, à 8 ou 9 euros aujourd’hui. Une chute qui a fait comme un « effet Fortis » dans les portefeuilles des petits épargnants qui ont misé sur une entreprise de bon père de famille – toujours publique – qui, depuis son introduction en...

    Lire la suite