3.300 jeunes marchent pour le Climat: « Le mouvement n’est pas près de s’arrêter»

3.300 jeunes marchent pour le Climat: « Le mouvement n’est pas près de s’arrêter»

La onzième marche nationale pour le climat, initiée par le mouvement Youth for Climate, a eu lieu ce jeudi.

La plus grande mobilisation a eu lieu à Liège, où plus d’un millier de jeunes se sont rassemblés sur l’esplanade des Guillemins. Des étudiants flamands se sont joints aux Liégeois, qui pouvaient également compter sur le renfort de quelques «gilets jaunes» et d’un groupe de personnes plus âgées venues défendre un avenir meilleur pour leurs petits-enfants.

«Nous voici à nouveau dans la rue pour exiger des politiques le vote d’une loi climat. C’est aujourd’hui qu’il faut bouger. Maintenant! Tout de suite! Et non après le 26 mai», a souligné une représentante du mouvement Youth For Climate liégeois. «Après onze manifestations ayant rassemblé des milliers de jeunes, les politiques doivent savoir que le mouvement n’est pas près de s’arrêter. Il va même s’intensifier si la loi climat n’est pas votée d’ici un mois. C’est de notre vie à tous dont il s’agit! Alors faites votre travail et légalisez nos chances de survie», a-t-elle ajouté, s’adressant ainsi aux politiques du pays.

L’action principale du mouvement Youth For Climate se déroule à Liège, mais des actions décentralisées ont également lieu dans d’autres villes.

Wavre. © Belga
Wavre. © Belga

Un millier d’élèves, selon la police, ont marché jeudi peu après 13h00 dans les rues de Wavre, la ville du Premier ministre Charles Michel. Ce sont les élèves de l’école de Basse-Wavre qui ont pris l’initiative de contacter les autorités locales afin d’organiser la marche. «Nous courons à la catastrophe et les générations précédentes ont agi de manière irresponsable», a affirmé l’une des organisatrices.

Quelque 500 élèves de secondaire et étudiants du supérieur ont manifesté dans les rues de Bruxelles pour le climat, selon les chiffres de la police. Munis de leurs traditionnelles pancartes et banderoles, les jeunes ont manifesté sur le parcours habituel, qui rejoint la Gare du Midi au départ de la Gare du Nord.

Saint-Georges sur Meuse. © Photo News
Saint-Georges sur Meuse. © Photo News

Quelque 600 élèves provenant de deux écoles de Saint-Georges-sur-Meuse (province de Liège) ont marché dans les rues de leur commune, selon les chiffres communiqués par la police.

Anvers. © Photo News
Anvers. © Photo News

A Anvers, environ 200 jeunes ont participé au désormais traditionnel défilé du jeudi pour le climat. La participation était un peu moins importante que précédemment. «Vous êtes les irréductibles des actions climatiques», ont lancé les organisateurs aux participants.

Les participants ont scandé des slogans tels que «On est plus chaud que le climat », «Change the system, not the climate! » et «La planète a trop chaud et le gouvernement ne fait rien».

La semaine dernière, l’appel à la grève mondiale pour le climat, lancé par la militante suédoise Greta Thunberg, avait drainé entre 30.000 et 35.000 personnes à Bruxelles.

Les jeunes entendent manifester tous les jeudis jusqu’aux élections du 26 mai afin de réclamer des politiques climatiques ambitieuses.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite