Une pétition anti-Brexit dépasse le million de signatures au Royaume-Uni

Des manifestants devant la Commission européenne avant l’arrivée de Theresa May à Bruxelles pour le sommet. © Belga
Des manifestants devant la Commission européenne avant l’arrivée de Theresa May à Bruxelles pour le sommet. © Belga

Une pétition en ligne demandant au gouvernement britannique de renoncer au Brexit engrange un succès fulgurant, avec plus d’un million de signatures jeudi après-midi au lendemain de son lancement, à huit jours de la date prévue pour la sortie de l’UE.

Le site du Parlement britannique sur lequel la pétition a été lancée a du coup «rencontré des difficultés techniques», a indiqué un porte-parole de la Chambre des Communes interrogé par l’AFP, en raison de «la charge importante et soutenue sur le système».

Parmi les signataires figure l’acteur Hugh Grant. «J’ai signé, comme toute personne sensée dans ce pays. Urgence nationale», a tweeté l’acteur en relayant la pétition.

Un débat au Parlement ?

Elle a rapidement dépassé le seuil des 100.000 signatures nécessaire pour provoquer un débat au Parlement.

«Le gouvernement affirme de façon répétée que quitter l’UE est la ‘volonté du peuple’. Nous devons mettre fin à cette affirmation en prouvant la force du soutien public actuel pour rester dans l’UE», indique le texte accompagnant la pétition.

Un second référendum «pourrait ne jamais être organisé, donc votez maintenant», est-il aussi écrit.

Maintenant ou jamais

La pétition a été lancée par Margaret Anne Georgiadou. «Pour beaucoup de gens, c’est maintenant ou jamais», a-t-elle expliqué sur la BBC, estimant que les militants pro-UE comme elle étaient «réduits au silence et ignorés» depuis le référendum de juin 2016 ayant décidé le Brexit par 52% des voix.

Les députés n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur les modalités de cette sortie de l’UE, ce qui a poussé la Première ministre Theresa May à demander à Bruxelles un report du Brexit au 30 juin.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron apparaît comme le meilleur interlocuteur de Vladimir Poutine sur la scène européenne, face à une Angela Merkel déclinante où des leaders eurosceptiques ayant moins d’influence.

    Diplomatie: au fort de Brégançon, Macron tend la main à Poutine pour préparer le G7

  2. Souvent, dans les points relais, une pièce est dédiée aux colis.

    Les points relais, stressants, énergivores et peu rentables

  3. Photo testamentaire.

    Et ce fut la fin des Beatles

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: le {Culot} d’Arthur Masson

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé que le wallon reçoit, dans la bande dessinée, un traitement parallèle à celui dont a bénéficié le Brussels Vloms dans quelques albums d’Hergé. Ce même wallon peut-il parfois se retrouver dans des textes où il serait mélangé avec du français, à l’image du bruxellois « beulemans », hybride de flamand et de français ? Eh bien oui ! Quelques auteurs se sont illustrés naguère dans cet exercice, tantôt en créant un parler mixte wallo-français, tantôt en insérant des séquences de wallon dans un texte rédigé en majeure partie en français.

    Le premier cas de figure fera l’objet d’un prochain billet. Quant au second, il a été principalement illustré par un auteur quelque peu oublié des jeunes générations, mais dont le succès a été spectaculaire dans la seconde moitié du 20e siècle : Arthur Masson. Né en 1896 à Rièzes (...

    Lire la suite

  • La Flandre ne marche pas au son du canon

    Il y a plusieurs choses à retenir dans l’interview que nous accorde Bruno De Wever, historien très réputé et par ailleurs frère de Bart De Wever, le président de N-VA. Mais la plus importante est que ses propos sont identiques à ceux qu’il tient en Flandre. La contestation de la parole nationaliste n’est ainsi pas la spécialité de francophones obsessionnels, qui ne verraient les propositions de la N-VA que comme des provocations et des attaques en règle. Il y a au nord du pays nombre d’experts qui n’hésitent pas à monter au créneau pour...

    Lire la suite