Une pétition anti-Brexit dépasse le million de signatures au Royaume-Uni

Des manifestants devant la Commission européenne avant l’arrivée de Theresa May à Bruxelles pour le sommet. © Belga
Des manifestants devant la Commission européenne avant l’arrivée de Theresa May à Bruxelles pour le sommet. © Belga

Une pétition en ligne demandant au gouvernement britannique de renoncer au Brexit engrange un succès fulgurant, avec plus d’un million de signatures jeudi après-midi au lendemain de son lancement, à huit jours de la date prévue pour la sortie de l’UE.

Le site du Parlement britannique sur lequel la pétition a été lancée a du coup «rencontré des difficultés techniques», a indiqué un porte-parole de la Chambre des Communes interrogé par l’AFP, en raison de «la charge importante et soutenue sur le système».

Parmi les signataires figure l’acteur Hugh Grant. «J’ai signé, comme toute personne sensée dans ce pays. Urgence nationale», a tweeté l’acteur en relayant la pétition.

Un débat au Parlement ?

Elle a rapidement dépassé le seuil des 100.000 signatures nécessaire pour provoquer un débat au Parlement.

«Le gouvernement affirme de façon répétée que quitter l’UE est la ‘volonté du peuple’. Nous devons mettre fin à cette affirmation en prouvant la force du soutien public actuel pour rester dans l’UE», indique le texte accompagnant la pétition.

Un second référendum «pourrait ne jamais être organisé, donc votez maintenant», est-il aussi écrit.

Maintenant ou jamais

La pétition a été lancée par Margaret Anne Georgiadou. «Pour beaucoup de gens, c’est maintenant ou jamais», a-t-elle expliqué sur la BBC, estimant que les militants pro-UE comme elle étaient «réduits au silence et ignorés» depuis le référendum de juin 2016 ayant décidé le Brexit par 52% des voix.

Les députés n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur les modalités de cette sortie de l’UE, ce qui a poussé la Première ministre Theresa May à demander à Bruxelles un report du Brexit au 30 juin.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. JP Marielle

    Marielle, cette voix de timbré!

  2. Abdelhamid Abaaoud était traqué par les services de renseignements du monde entier. Il a pourtant pu commettre les attentats de Paris.

    Terrorisme: comment les renseignements français ont traqué Abaaoud

  3. Laurette Onkelinx.

    Laurette Onkelinx, la dernière séance: «La politique est gloutonne, j’ai payé le prix fort»

Chroniques
  • Grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite