Peter Bauwens critique les services de secours de la Nokere Koerse: «Il n’y en avait que pour Mathieu van der Poel»

@Capture d’écran Twitter
@Capture d’écran Twitter

Le final de la Nokere Koerse a été marqué mercredi par une chute impliquant le Néerlandais Mathieu van der Poel, mais aussi, entre autres, son compatriote Floris Gerts (Tarteletto-Isorex), qui a aussi été transporté à l’hôpital de Waregem après la course. Celui-ci n’aurait pas bénéficié du même traitement que le champion du monde de cyclo-cross, selon Peter Bauwens, le directeur sportif de l’équipe Tarteletto-Isorex.

« Les services de secours n’ont pas regardé mon coureur, il n’y en avait que pour Mathieu van der Poel », déclare Peter Bauwens. « Heureusement, Floris ne souffre d’aucune fracture, seulement d’importantes contusions au cou et à l’épaule. On lui a aussi placé des points de suture à l’œil et il a eu une commotion cérébrale. Il sera indisponible pendant quelques semaines ».

Peter Bauwens revient sur la différence de traitement dont ont bénéficié les deux coureurs néerlandais. « Ce qui me dérange, c’est que les services de secours n’en ont eu que pour un coureur avec un maillot de champion (Mathieu van der Poel, ndlr). OK, il est peut-être plus populaire que Gerts, mais en pareil cas, on ne doit faire aucune distinction. À un moment, il y avait quatre secouristes autour de Mathieu et personne autour de Floris. Heureusement, le père de Floris, qui est médecin, était là. Il lui a fourni les premiers soins. C’est incroyable qu’aucun des secouristes ne se soit occupé de mon coureur. Je ne comprends pas, cela me dépasse. Floris était vraiment mal. Il est maintenant dans une chambre sombre, ne peut pas rouler à vélo, sans doute pour quatre à six semaines ».

Peter Bauwens ne reproche rien aux organisateurs de la Nokere Koerse. « Non ce sont les services de secours qui sont en tort. Ils n’ont pas bien fait leur travail. Je ne vais pas porter plainte. À quoi cela servirait-il  ? »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite