Charles Michel sur le Brexit: «Mais bon sang, qu’ils nous disent enfin ce qu’ils veulent»

© AFP
© AFP

Le Premier ministre belge Charles Michel n’a pas caché son exaspération, jeudi à son arrivée au sommet européen de printemps à Bruxelles, sur l’incapacité du Parlement britannique à adopter une position claire sur le Brexit, à huit jours de son échéance théorique.

«  Depuis des mois, à chaque Conseil européen, c’est un peu la même rengaine : nous venons ici pour constater qu’une fois encore les Britanniques nous disent ce qu’ils ne veulent pas, mais bon sang, qu’ils disent enfin ce qu’ils veulent  ! », a exhorté M. Michel.

La Première ministre britannique Theresa May a demandé aux 27 un report du Brexit au 30 juin, mais les Européens craignent qu’un tel report sape la légitimité du Parlement européen qui sortira des urnes du scrutin organisé du 23 au 26 mai.

Un délai supplémentaire est possible aux yeux de Charles Michel, du moins s’il est « très limité dans le temps » et à condition que les élus de la Chambre des Communes aient soutenu au préalable l’accord de retrait complété par les déclarations interprétatives convenues. M. Michel confirme ainsi le refus des 27 d’une prolongation au-delà du 22 mai.

«  Ca suffit cet imbroglio, il y a des limites ! Il est temps que le parlement britannique fasse la clarté », a enchaîné M. Michel.

A ses yeux, il est encore possible d’éviter un Brexit dur et ses effets néfastes tant pour les Britanniques que pour le reste de l’UE. «  Il appartient aux Britanniques de dire comment ils voient l’avenir ».

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le succès des universités francophones est incontestable et la tendance s’inscrit dans le long terme.

    Enseignement supérieur: toujours plus d’étudiants dans les universités francophones

  2. Bart De Wever.

    Crise politique : à quoi joue la N-VA?

  3. Liverpool pourra compter sur Mané et Van Dijk pour ne pas être le premier tenant du titre éliminé en phase de poules depuis 2012.

    Ligue des champions: plusieurs grands d’Europe en danger

La chronique
  • France: les premières leçons d’une révolte sociale

    Jeudi, grande manifestation syndicale contre la réforme des retraites : énorme succès.

    Samedi, trente manifestations de « gilets jaunes » dans la foulée de cette révolte sociale : énorme bide.

    Spectaculaire retournement de situation. Il y a encore quelques mois, il était de bon ton de gloser sur le fait que le mouvement « gilet jaune » avait ringardisé et marginalisé le mouvement syndical. Le verdict est tombé.

    Arnaque médiatique

    En vérité, nous avons été victimes d’une énorme arnaque médiatique (on reconnaîtra que j’ai tenté, sans succès, de la démystifier).

    Jeudi donc, près d’un million de citoyennes et de citoyens ont défilé dans toute la France.

    Au plus fort du mouvement des « gilets jaunes », ils furent 300.000. Or, à l’époque...

    Lire la suite

  • Négociations fédérales: l’insulte! Bon sang, mais c’est bien sûr!

    Mais comment n’y ont-ils pas pensé plus tôt ? Les conseillers du Roi avec leurs « Et que je vous sers le café. Et que je vous écoute patiemment »… et Paul Magnette qui fait des vidéos expliquant qu’il recherche « des solutions constructives pour tous, de Zeebruges à Arlon et d’Eupen à Mouscron », en français et en néerlandais ? Que dire des Vande Lanotte, Reynders, Bourgeois et Demotte engoncés dans de chics costumes pour faire honneur à la fonction ?

    Faux !...

    Lire la suite