Milan-Sanremo: Lotto-Soudal compte sur son sprinter Caleb Ewan

Milan-Sanremo: Lotto-Soudal compte sur son sprinter Caleb Ewan
Belga image

Caleb Ewan espère devenir le troisième coureur australien à remporter Milan-Sanremo (WorldTour), dont la 110e édition aura lieu samedi. Le sprinter australien, passé chez Lotto Soudal cet hiver, avait terminé 2e de la Primavera, derrière Vincenzo Nibali qui avait attaqué dans le Poggio.

« Je veux bien sûr faire mieux que l’an dernier », déclare Caleb Ewan, qui sera pour la 3e fois au départ de la classique italienne. « Milan-Sanremo est mon plus gros objectif de ce début de saison et je vise donc la victoire. Lors de mes deux premières participations, j’ai compris que l’épreuve n’était pas spécialement difficile, mais cela veut donc dire que beaucoup de coureurs peuvent prétendre à la victoire. J’espère qu’on arrivera sur la Via Roma avec un peloton assez réduit et que je pourrai faire un bon sprint ».

Le leader de Lotto Soudal, qui vit dans la région de San Remo, pointe trois moments cruciaux sur le parcours : « l’ascension de la Cipressa, la montée du Poggio et le dernier kilomètre vers la ligne d’arrivée. Dans un scénario idéal, j’aurai encore un ou deux équipiers pour me placer en bonne position après le sommet du Poggio. Je m’estime incroyablement chanceux d’avoir une équipe aussi forte pour me protéger toute la journée. Pour faire un bon résultat à Milan-Sanremo, il faut s’économiser durant toute l’épreuve ».

Le sprinter australien de 24 ans n’est pas le seul prétendant à la victoire. « Laconcurrence sera rude et c’est précisément pour cela que Milan-Sanremo est si difficile à gagner. La victoire reviendra à celui qui se sera le plus économisé durant l’épreuve ».

La sélection de Lotto Soudal

Caleb Ewan (Aus), Adam Hansen (Aus), Jens Keukeleire, Roger Kluge (All), Nikolas Maes, Tomasz Marczy¿ski (Pol) et Tosh Van der Sande.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite