Soupçons de fraude électorale à Neufchâteau: le bourgmestre Dimitri Fourny (CDH) inculpé

Soupçons de fraude électorale à Neufchâteau: le bourgmestre Dimitri Fourny (CDH) inculpé

I l me revient que je serais inculpé » : le député-bourgmestre CDH a tenu une conférence de presse ce jeudi après-midi, alors que le parquet ait annoncé ce matin que vingt-et-une personnes ont été inculpées dans un contexte de suspicion de l’utilisation de fausses procurations dans le cadre des élections communales à Neufchâteau du 14 octobre dernier.

« J’attends avec grande sérénité le traitement de ce dossier par la justice. Je tiens à rappeler la nécessaire présomption d’innocence », a ajouté Dimitri Fourny (CDH) lors d’une brève conférence de presse. Le chef de groupe du CDH au parlement wallon a également indiqué qu’il n’avait rien à se reprocher. « Je ne vais pas me réfugier derrière une quelconque immunité (parlementaire) », a-t-il encore indiqué.

21 personnes inculpées

L’instruction judiciaire qui avait été ouverte à l’initiative du parquet portait sur le problème de procurations émises au nom de résidents du home « le Clos du seigneur » à Neufchâteau, qui ne pouvaient participer physiquement au scrutin communal. L’enquête a permis de mettre en évidence l’existence de 18 procurations litigieuses, qui auraient été utilisées dans le but de procurer des suffrages à la liste « Agir ensemble ».

Cette liste était tirée par le député-bourgmestre CDH Dimitri Fourny. Sur les 21 personnes inculpés, 17 étaient reprises comme mandataires dans les procurations litigieuses.

Parmi les inculpés figurent trois candidats de la liste « Agir ensemble », ainsi qu’une personne tierce. Les chefs d’inculpation sont : faux en écriture et usage de faux, abus de confiance avec la circonstance d’abus de faiblesse d’une personne en situation de vulnérabilité, ainsi que participation à une association de malfaiteurs, dont deux personnes ont été qualifiées de dirigeantes.

Elections non validées

En raison de cette instruction judiciaire, les élections communales n’ont toujours pas été validées à Neufchâteau et le nouveau conseil communal n’avait pas pu être installé en décembre. Les autres listes s’étant présentées au scrutin communal à Neufchâteau, « Pour Vous » et « 3ème Piste », avaient par ailleurs introduit des recours auprès du gouverneur de la province de Luxembourg, Olivier Schmitz. Mais ce dernier avait indiqué ne pas être mesure de pouvoir examiner ces recours, ou d’invalider ou non ces élections, car il n’avait pu avoir accès aux documents électoraux saisis dans le cadre de l’instruction judiciaire.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite