Facebook reconnaît avoir stocké des mots de passe non cryptés

© Reuters
© Reuters

Facebook a reconnu jeudi que les mots de passe de centaines de millions d’utilisateurs avaient été stockés sur des serveurs internes sous forme non cryptée, mais a affirmé qu’il n’y avait eu aucune faille de sécurité.

«Nous avons résolu le problème et, par mesure de précaution, nous allons prévenir tous ceux dont les mots de passe ont été stockés sous cette forme», a souligné Facebook dans un communiqué, précisant que normalement ses systèmes auraient dû les crypter.

Le géant d’internet a l’intention de prévenir «des centaines de millions d’usagers de Facebook Lite», une version du site allégée pour les régions du monde ayant une connexion internet de plus basse qualité, «des dizaines de millions d’autres usagers de Facebook et des dizaines de milliers d’utilisateurs d’Instagram», a détaillé le groupe américain.

«Soyons clairs: ces mots de passe n’ont jamais été visibles par quiconque en dehors de Facebook et nous n’avons rien trouvé à ce jour indiquant que quiconque en interne en a fait un usage abusif ou y a accédé indûment», a insisté le réseau social, déjà violemment critiqué pour sa gestion des données personnelles de ses utilisateurs, en particulier depuis l’éclatement du scandale Cambridge Analytica en 2018.

Selon le site spécialisé en cybersécurité KrebsOnSecurity, quelque 20.000 employés de Facebook ont ainsi eu accès, parfois pendant des années, à plusieurs centaines de millions de mots de passe stockés en clair.

Il y a quelques mois, Facebook avait reconnu que des pirates avaient pu avoir accès aux comptes de dizaines de millions d’usagers, à cause d’un bug.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. BRITAIN PARLIAMENT EU BREXIT

    Brexit: l’Union européenne attend que Londres lui communique ses intentions

  2. d-20191019-3WR6J0 2019-10-19 19:03:55

    Ahmed Laaouej, président du PS bruxellois

  3. «
Le corps des femmes reste un champ de bataille partout, que ce soit en France, au Maroc, mais aussi aux États-Unis, en Argentine...
», juge Leila Slimani.

    Leïla Slimani: «Le corps des femmes reste un champ de bataille partout»

La chronique
  • Hommage à la Catalogne

    Avant d’écrire 1984 (qui terrifie par son incroyable actualité), George Orwell avait participé à la guerre d’Espagne, plus particulièrement aux batailles livrées en Catalogne en 1936-1937 face aux troupes franquistes. Ceux qui s’intéressent à l’actualité politique catalane feraient bien de se plonger dans son Hommage à la Catalogne (republié chez 10/18), qui livre encore quelques clés pour comprendre cette région singulière et ses rapports avec le reste de l’Espagne.

    Ainsi, cette phrase : « Dans cette guerre, on eût dit que c’était toujours à qui manquerait l’autre ». N’est-ce pas un résumé laconique mais implacable de l’incompréhension historique entre l’Espagne et sa région la plus remuante et de l’échec des gouvernements successifs de Madrid et de sa justice ?

    Un pouvoir central qui privilégie systématiquement à la politique de la main tendue celle de la main sur la figure.

    L’Espagne, devenue...

    Lire la suite

  • Wallonie: le dernier des travaux de Di Rupo

    Ce n’est pas nécessairement un tsunami qui se prépare, mais le changement de présidents à la tête des partis francophones est un très grand chambardement. Ceux qui ont vécu depuis vingt ans avec Elio Di Rupo président du PS et grand manitou francophone, ceux qui ont grandi avec Olivier Maingain président de Défi et grand imprécateur francophone, devront changer de logiciel. On mesure l’ampleur de la révolution quand on ajoute la disparition, officielle du moins, du concept « Michel/Reynders » à la tête du MR, après le...

    Lire la suite