Euro 2020: voici comment les Diables rouges doivent s’y prendre pour se qualifier

@News
@News

Versée dans le groupe I, l’équipe nationale belge va défier tour à tour la Russie, l’Écosse, le Kazakhstan, Chypre et Saint-Marin avec l’objectif de décrocher, au final, son ticket qualificatif pour l’Euro 2020. Le match aller face aux Russes, l’adversaire le plus coriace sur le papier, c’est donc déjà pour ce jeudi soir. De quoi mettre les Diables rouges sous pression ? Pas vraiment…

Le règlement est un peu particulier. Les 55 pays ont été répartis en dix groupes : cinq poules composées de cinq pays et cinq de six équipes. Se qualifient directement les deux premiers des dix groupes. Vingt pays seront donc alors qualifiés. Il reste donc quatre tickets en jeu. C’est là que ça se complique et que la Ligue de Nations entre en jeu.

La Ligue des Nations organise ses propres barrages en quatre groupes A, B, C et D. Les 16 vainqueurs des groupes s’affronteront dans des demi-finales et finales, le 4 juin 2019 pour la Ligue A (le Portugal, les Pays-Bas, la Suisse et l’Angleterre) et en mars 2020 pour les ligues B, C et D. Le vainqueur de chaque finale obtiendra un ticket pour l’Euro. Si l’un des pays qui terminent premier de sa ligue s’est déjà qualifié pour l’Euro, le ticket ira à l’équipe suivante la mieux classée dans la ligue concernée.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©Belga

    Les coulisses du retour de Vincent Kompany à Anderlecht

  2. Oulare et les Rouches n’ont eu que peu d’occasions à Genk dimanche.

    Le Standard en Europe sans passer par la case «barrage»

  3. La Belge Sylvia Huang se produira ce lundi.

    Dernière ligne droite pour les finalistes du Reine Elisabeth

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite