Brexit: pas de report au-delà du 11 avril, selon Tajani

© Photo News
© Photo News

Une extension du délai du Brexit devrait être limitée au 11 avril, date butoir pour que le Royaume-Uni décide ou non d’organiser des élections européennes, a souligné jeudi le président du Parlement européen, Antonio Tajani.

La Première ministre britannique Theresa May réclame actuellement un report au 30 juin de la date du Brexit, mais les Européens craignent qu’un tel délai sape la légitimité du Parlement qui sortira des urnes du scrutin prévu du 23 au 26 mai. Une prolongation plus courte, jusqu’au 22 mai, soit à la veille des élections, semble donc être l’option privilégiée par les 27 pour des raisons de sécurité juridique.

D’après Tajani, l’extension ne devrait toutefois pas aller au-delà du 11 avril, car les Britanniques devront, en vertu de leur législation nationale, avoir décidé à cette date s’ils organisent ou pas un scrutin européen. Il a exposé ce point de vue aux dirigeants de l’UE jeudi au début du sommet européen.

Interrogé par des journalistes, Tajani a par ailleurs assuré que le Parlement européen pourrait se réunir en «session extraordinaire» après sa session d’avril pour ratifier l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE si cela s’avérait nécessaire.

La dernière plénière du Parlement avant les élections européennes est pour l’instant prévue le 18 avril. Pour autant, le président Tajani n’exclut pas de faire revenir les députés dans l’hémicycle lors d’une ultime session pour ratifier l’accord de Brexit si celui-ci n’avait pu l’être en avril. Les députés britanniques devraient se pencher une troisième fois sur l’accord de retrait la semaine prochaine, après l’avoir rejeté lors des deux premiers votes.

► Succès fulgurant d’une pétition anti-Brexit au Royaume-Uni

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite