Brexit: pas de report au-delà du 11 avril, selon Tajani

© Photo News
© Photo News

Une extension du délai du Brexit devrait être limitée au 11 avril, date butoir pour que le Royaume-Uni décide ou non d’organiser des élections européennes, a souligné jeudi le président du Parlement européen, Antonio Tajani.

La Première ministre britannique Theresa May réclame actuellement un report au 30 juin de la date du Brexit, mais les Européens craignent qu’un tel délai sape la légitimité du Parlement qui sortira des urnes du scrutin prévu du 23 au 26 mai. Une prolongation plus courte, jusqu’au 22 mai, soit à la veille des élections, semble donc être l’option privilégiée par les 27 pour des raisons de sécurité juridique.

D’après Tajani, l’extension ne devrait toutefois pas aller au-delà du 11 avril, car les Britanniques devront, en vertu de leur législation nationale, avoir décidé à cette date s’ils organisent ou pas un scrutin européen. Il a exposé ce point de vue aux dirigeants de l’UE jeudi au début du sommet européen.

Interrogé par des journalistes, Tajani a par ailleurs assuré que le Parlement européen pourrait se réunir en «session extraordinaire» après sa session d’avril pour ratifier l’accord de retrait du Royaume-Uni de l’UE si cela s’avérait nécessaire.

La dernière plénière du Parlement avant les élections européennes est pour l’instant prévue le 18 avril. Pour autant, le président Tajani n’exclut pas de faire revenir les députés dans l’hémicycle lors d’une ultime session pour ratifier l’accord de Brexit si celui-ci n’avait pu l’être en avril. Les députés britanniques devraient se pencher une troisième fois sur l’accord de retrait la semaine prochaine, après l’avoir rejeté lors des deux premiers votes.

► Succès fulgurant d’une pétition anti-Brexit au Royaume-Uni

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite