Qualifications pour l’Euro 2020: dans le groupe des Diables rouges, le Kazakhstan bat l’Ecosse (3-0)

@News
@News

Le Kazakhstan n’a pas manqué ses débuts dans les qualifications de l’Euro 2020 de football. L’équipe coachée par le Tchèque Michal Bilek a battu l’Ecosse 3-0, jeudi à l’Astana Arena de Noursoultan (le nouveau nom de la capitale du pays). Il s’agissait de la première rencontre du groupe I, celui de la Belgique qui comprend encore la Russie, Chypre et Saint-Marin. Ces deux dernières équipes se rencontrent à partir de 18h00 à Nicosie alors que les Diables rouges reçoivent la Russie à partir de 20h45 au stade Roi Baudouin.

Les buts kazakhs ont été inscrits par Pertsukh (6e) et Vorogovskiy (10e), en début de match, et par Zainutdinov (51e), peu après la reprise.

L’Ecosse est entraînée depuis février 2018 par Alex McLeish, l’ancien T1 du Racing Genk.

Les deux premiers du groupe à l’issue des qualifications joueront la phase finale de l’Euro 2020 qui se déroulera dans douze pays et réunira 24 pays du 12 juin au 12 juillet. Les quatre derniers qualifiés seront connus à l’issue de barrages.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite