Belgique - Russie: Hazard offre la victoire aux Diables rouges grâce à un doublé (3-1, vidéos)

La Belgique a battu la Russie 3 buts à 1, jeudi soir au stade Roi Baudouin de Bruxelles, au terme de son premier match des qualifications de l’Euro 2020 de football. Youri Tielemans (14e) a inscrit son premier but sous la vareuse des Diables avant que Cheryshev ne mette à profit une erreur de Thibaut Courtois (16e). Eden Hazard a redonné l’avance aux Belges sur penalty juste avant le repos (45e) et a assuré la victoire en fin de rencontre (88e). Au classement du groupe I, la Belgique est 3e avec trois unités à égalité de points avec Chypre (vainqueur 5-0 Saint-Marin) et le Kazakhstan (qui a battu l’Ecosse 3-0).

Les tournants du match

2e. Thorgan et Eden Hazard combinent et lancent Batshuayi en profondeur. L’attaquant se retrouve face au keeper adverse qui parvient à dévier en coup de coin son tir.

14e. Magnifique reconversion offensive des Diables avec les frères Hazard à la manœuvre, Batshuayi en déviation et un assist de Castagne pour Tielemans aux 20 mètres qui ouvre la marque.

16e. Incroyable boulette de Thibaut Courtois qui, sur une passe en retrait, offre un ballon dans les pieds de Cheryshev. Le Russe accepte le cadeau et égalise.

45e. Zhirkov accroche ce diable d’Eden Hazard, auteur d’un exploit technique. La faute a lieu dans le grand rectangle. Ce qui permet au Brainois de se faire justice et de redonner l’avance aux Diables rouges juste avant le repos.

79e. Reprise instantanée de Batshuayi dont l’envoi termine sa course sur le poteau du but russe. Pour une fois, Michy n’est pas en réussite en sélection.

88e. Si Batshuayi loupe son contrôle, Eden Hazard, dans la position du joueur qui vient créer le surnombre, vient annihiler tout suspense.

89e. Faute de Mertens oubliée et réaction de Golovin sanctionnée : la Russie finit à 10.

Les vidéos des buts

14e. But de Tielemans (1-0)

16e But de Cheryshev (1-1)

45e. But d’Eden Hazard sur penalty (2-1)

88e. But d’Eden Hazard

Le geste technique de la soirée

Eden Hazard a été monstrueux face à la Russie. Ce geste technique résume bien la qualité de son match.

Un onze de base remanié

La Belgique était privée de plusieurs cadres : Axel Witsel, Kevin De Bruyne, Vincent Kompany, Mousa Dembélé, Thomas Meunier, mais aussi Romelu Lukaku – dont on attend des nouvelles concernant une possible participation au match à Chypre, dimanche –, sont actuellement indisponibles. Roberto Martinez a donc été contraint de « bricoler » un tout nouveau onze de départ, avec notamment la paire formée de Youri Tielemans et de Leander Dendoncker dans l’entrejeu.

Si la défense demeurait solide et expérimentée – Toby Alderweireld et Jan Vertonghen, incontournables, étaient accompagnés du « Mondialiste » Dedryck Boyata –, le couloir droit a lui été confié au novice Timothy Castagne, qui fêtait sa toute première titularisation dans un match officiel – il avait déjà été aligné d’emblée en Ecosse et contre les Pays-Bas en amical. L’aile gauche était, elle, occupée par Thorgan Hazard, qui restait sur un doublé en Suisse. En attaque, pas de surprise : Eden Hazard (99e cap) et Dries Mertens venaient épauler Michy Batshuayi.

Le direct commenté

Les autres matches

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20191203-3XK945 2019-12-03 10:58:52

    Enseignement: regarder Pisa avec les lunettes de l’optimiste

  2. ©News

    Les bulletins des Mauves face au Sporting de Charleroi: une défense inspirée, une attaque patraque

  3. «
J’ai beaucoup d’imagination et de spontanéité dans ma manière d’écrire et d’inventer de la musique.
»

    Ibrahim Maalouf: «Ma musique est métissée parce que j’écoute le monde»

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite