Grande America: 1.050 tonnes de matières dangereuses selon un inventaire

© AFP
© AFP

Le navire italien Grande America, qui a sombré le 12 mars, contenait 1.050 tonnes de matières dangereuses, selon l’inventaire détaillé de la cargaison rendu public jeudi par la préfecture maritime de l’Atlantique.

La liste détaillée du chargement a été communiquée à cinq associations environnementales lors d’une réunion à Brest avec le préfet maritime de l’Atlantique, avant d’être publiée sur internet. Dès le lendemain du naufrage, la préfecture maritime (Premar) avait dressé un premier inventaire, parlant de 365 conteneurs dont 45 répertoriés comme contenant des matières dangereuses.

Du côté des carburants, outre les 2.200 tonnes de fioul lourd déjà annoncés, le Grande America transportait 190 tonnes de diesel marin et 70.000 litres d’huile. «Concernant la cargaison, des informations complémentaires ont été demandées à Grimaldi Group (l’armateur, ndlr)», a précisé la Prémar dans un communiqué.

Selon Jacky Bonnemains, de l’association Robin des Bois, présent à la réunion, «c’est la première fois dans l’histoire de l’accidentologie maritime qu’un inventaire aussi détaillé est rendu public».

«Tout est inquiétant dans cet inventaire», a-t-il toutefois ajouté «aussi bien les matières dangereuses que non dangereuses, avec probablement des ordinateurs, des pièces de rechange automobile, même un véhicule à hydrogène hautement explosif (au contact de l’air) et nous avons 55 conteneurs dont on ignore le contenu».

Nicolas Tamic, du Cedre, spécialisé dans les pollutions accidentelles des eaux, s’est voulu rassurant, rappelant notamment que l’acide, «plongé dans un élément liquide et notamment dans autant d’eau se dilue». A propos des 2.100 véhicules, il rappelle qu’il y a «beaucoup de choses qui sont neutralisées par l’environnement marin comme l’amiante».

«On est dans une zone où il y a très très peu de courants et en plein dans une grosse bulle anticyclonique. Nous n’avons donc pas de vent ce qui fait que la pollution reste sur place, mais elle n’est pas facile à attraper car elle est morcelée», a-t-il indiqué.

Le Grande America a sombré le 12 mars à 333 km à l’ouest de La Rochelle par 4.600 mètres de fond après un violent incendie. Ses 27 occupants ont été secourus.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. HOCKEY EUROHOCKEY FINAL BELGIUM VS SPAIN

    Maîtrise et sang-froid: les Red Lions sacrés champions d’Europe (vidéos)

  2. FRANCE G7 SUMMIT

    G7: Biarritz en état de siège, la ville où on apprend à attendre…

  3. d-20190816-3VKH9V 2019-08-16 15:15:52

    L’Unesco met en garde contre le «Sauvage» de la Ducasse d’Ath et appelle au «respect mutuel entre communautés»

La chronique
  • Vous avez de ces mots: La parlure des {ceux de chez nous}

    Entre wallon et français

    Le précédent billet de cette chronique vous a rappelé pourquoi les œuvres d’Arthur Masson, qui comportent du français et du wallon, ne peuvent pas être considérées comme un langage mixte. L’auteur distingue soigneusement les deux langues, en les faisant alterner selon les personnages ou les circonstances du récit. Il nous faut donc chercher ailleurs l’équivalent du bruxellois « beulemans », dans lequel français et flamand sont parfois imbriqués au sein d’une même phrase ou d’une même expression.

    Cet équivalent existe, mais il n’est plus guère connu aujourd’hui que de quelques spécialistes des productions régionales et d’un lectorat moins jeune encore que celui qui a apprécié la Toinade d’Arthur Masson. Il s’agit d’une littérature essentiellement liégeoise de par l’origine des auteurs et le décor des romans ou nouvelles. Elle est écrite dans une langue dont la base est incontestablement...

    Lire la suite

  • L’Amazonie en feu: Sa forêt? Nos poumons!

    Alors, #prayforamazonas. #prier pour l’Amazonie. C’est en apparence tout ce qu’il nous reste à faire. Car entre la bêtise du président (élu) d’un des plus grands pays de la planète (Jair Bolsonaro) et l’incapacité répétée des grands dirigeants du monde de faire bloc, il n’y a plus guère de place que pour l’incantation.

    Un ciel jaunâtre éclipse São Paulo, une eau de pluie noire déferle sur la ville brésilienne, et nous croisons les doigts. 74.000 feux ont été comptabilisés depuis janvier au Brésil,...

    Lire la suite