Le Belgo-Palestinien Mustapha Awad libéré en Israël

Est-ce la fin d’un cauchemar kafkaïen pour Mustapha Awad ? Sans doute, même si la prudence s’impose au vu des circonstances récentes.

Arrêté le 19 juillet 2018 en provenance de Jordanie et alors qu’il voulait revoir la terre de ses ancêtres à Saint-Jean d’Acre, en Israël, lui qui est né dans un camp de réfugiés au Liban, Mustapha Awad, 36 ans, avait été condamné à un an de prison ferme pour des contacts avec une organisation palestinienne, le Front populaire, considéré comme terroriste en Israël. Ayant droit à une libération conditionnelle aux deux tiers de sa peine le 25 février dernier, il avait été libéré pendant quelques heures avant que le Shin Bet, les services israéliens de sécurité intérieure, n’exige contre toute attente sa réincarcération. Son avocate, la tenace Lea Tsemel, avait immédiatement relancé la procédure et elle vient d’obtenir satisfaction ce 22 mars. Elle a pu l’annoncer à Tournai où elle est l’invitée du député provincial Serge Hustache et de plusieurs associations pro-palestiniennes (1), juste avant de rencontrer Le Soir à Bruxelles.

Ses « crimes » ?

Les « crimes » de Mustapha Awad ? « On lui reproche d’avoir, en 2010, rencontré en Belgique des membres du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), nous explique Lea Tsemel. Au Liban il y a trois ans, il avait aussi reçu quelques heures de cours pour échapper aux filatures et il avait accepté de transférer de l’argent pour un ami vers la Belgique. Les enquêteurs ont même reconnu qu’il n’était pas une menace pour Israël. C’est un cas vraiment mineur, facile selon mon expérience ces 50 dernières années, mais qui lui a néanmoins valu un an de prison. »

Le Palestinien, né à Ain el-Helweh, le grand camp de réfugiés palestiniens de Saïda, au sud de Beyrouth, au Liban, est arrivé en Belgique il y a une quinzaine d’années. Réfugié politique, il a obtenu la citoyenneté belge et vit à Alost. Avec des amis, il a fondé un groupe de dabkeh (danse palestinienne), « Raj’een » (« Ceux qui reviennent »).

Selon Lea Tsemel, il devrait pouvoir prendre place dans un avion pour Bruxelles au plus tôt. Ce vendredi encore, ou dimanche. A moins que le Shin Bet ne se ravise, une fois de plus…

(1) Une après-midi et une soirée en faveur de Mustapha Awad sont organisées ce samedi à la Petite Fabriek, rue de Moulin 16 à Froyennes-Tournai.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Réfugiés|Gens|Belgique|Israël|Beyrouth|Shin Bet
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite