Gilets jaunes en France: des interdictions de manifester prises dans plusieurs villes

Gilets jaunes en France: des interdictions de manifester prises dans plusieurs villes

Paris mais aussi Nice, Bordeaux et Toulouse ont interdit certains lieux emblématiques de manifestation de « gilets jaunes » samedi : une nouvelle stratégie de l’exécutif qui souhaite reprendre la main « avec fermeté » après un acte 18 qui a donné lieu à de nouveaux affrontements.

• L’avenue des Champs-Elysées qui avait été saccagée lors du 18e samedi du mouvement des « gilets jaunes » sera interdite de manifestation ainsi que ses abords dans un périmètre incluant le palais de l’Elysée et l’Assemblée nationale.

• Il en sera de même pour Nice, qui dès mercredi a annoncé l’interdiction de manifester à la veille d’une visite officielle du président chinois Xi Jiping. L’arrêté préfectoral définissant les lieux exacts devait être publié vendredi.

• Les villes de Toulouse et Bordeaux, qui depuis 18 semaines rassemblent parfois davantage de manifestants que la capitale et sont également le théâtre de violences, ont également pris des arrêtés semblables.

A Toulouse, les manifestations ou rassemblements seront interdits sur la place du Capitole alors qu’une manifestation « non déclarée » est prévue à proximité.

L’appel était cependant maintenu sur la page Facebook « Gilets jaunes Toulouse ». Pour certains « gilets jaunes » contactés par l’AFP, la masse des manifestants devrait plutôt éviter la place du Capitole, mais ils n’excluaient pas que d’autres groupes aillent à la confrontation.

La section départementale de la CGT a pour sa part renoncé à déclarer un rassemblement place du Capitole, comme elle l’avait envisagé, a expliqué à l’AFP son secrétaire, Cédric Caubère. « Mais nous appelons à manifester et si on peut aller place du Capitole, on ira », a-t-il cependant affirmé.

La LDH saisi le Conseil d’Etat

A Bordeaux, comme toutes les semaines depuis la fin novembre, la préfecture a publié un arrêté interdisant de manifester dans les rues du centre-ville. Malgré cet arrêté pris chaque semaine, par la préfecture de Gironde – dirigée jusqu’à la semaine dernière par Didier Lallement, aujourd’hui nouveau préfet de police de Paris – les « gilets jaunes » n’ont jamais cessé d’arpenter chaque samedi le centre de la capitale girondine sans déclarer leur manifestation.

D’autres villes comme Rouen, Rennes, Saint-Malo, Saint-Brieuc, Vannes, La Rochelle, Tarbes, Carcassonne, Trèbes, Dijon, Metz et Perpignan, ont interdit des manifestations.

Les contrevenants à ces interdictions de manifester ou de rassemblement s’exposent à une amende portée à 135 euros depuis un décret publié jeudi.

La Ligue des droits de l’Homme (LDH) a saisi en urgence le Conseil d’Etat d’un recours contre ce décret, dénonçant « une nouvelle atteinte grave à la liberté de manifester ». Le recours en urgence (référé-liberté) sera examiné le 27 mars, a indiqué à l’AFP son avocat, Patrice Spinosi.

Un recours au fond, dont la date d’audience n’est pas encore connue, a également été déposé contre ce texte.

Pour la LDH, « après l’adoption d’une loi qui donne aux préfets le pouvoir de choisir les personnes qui peuvent manifester (la loi anticasseurs), sans décision préalable d’un juge, le gouvernement poursuit dans cette voie dangereuse en voulant sanctionner les participants aux manifestations qu’il aura décidé d’interdire ».

Dans sa volonté d’afficher davantage de fermeté, outre ces interdictions et utilisation de nouveaux moyens techniques (drones, marqueurs chimiques), le gouvernement a aussi évoqué par la voix de son porte-parole Benjamin Griveaux mercredi, le recours à la mission antiterroriste militaire Sentinelle.

Face à la polémique provoquée par cette annonce, le président de la République Emmanuel Macron a rappelé vendredi en marge d’un déplacement à Bruxelles que l’armée n’est « en aucun cas en charge du maintien de l’ordre et de l’ordre public », dénonçant un « faux débat ».

>Gilets Jaunes en France: l’armée «en aucun cas» chargée du maintien de l’ordre, selon Macron

Les militaires seront utilisés « à la marge » pour des gardes statiques sur des bâtiments qui ne sont aucunement exposés aux mouvements des « gilets jaunes », explique-t-on à Beauvau. « Il n’y aura pas de militaire Sentinelle sur les Champs-Elysées, devant Beauvau ou le palais de l’Elysée ou encore devant l’Assemblée nationale », insiste Beauvau.

>Gilets jaunes: l’armée peut ouvrir le feu, selon un général français

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite