Le fonds «anti-fake news» de Charles Michel ne verra pas le jour

© Hatim Kaghat.
© Hatim Kaghat.

Le 8 octobre dernier, dans le cadre de la déclaration gouvernementale, face à la Chambre, Charles Michel annonce la création d’un fonds pour soutenir les initiatives de « fact-checking » (vérification de faits). L’appel est vibrant : « Partout en Europe, il y a des gens incertains qui ont peur de l’avenir. Chaque jour, il y a un nouveau buzz, une nouvelle polémique. Nous tombons trop souvent dans les pièges des fake news sans toujours vérifier si c’est correct. Le fact checking est essentiel dans une société fondée sur des valeurs et des libertés. »

Un budget de 1,5 million d’euros est annoncé, sans que l’on sache trop à quoi, ni comment, il serait affecté. Ça, c’était en 2018. À deux mois des élections (régionales, fédérales et européennes), où en est-on ? Nulle part. Et rien ne sera mis en place avant cette échéance. Ni budget, ni fonds, ni la moindre piste d’action.

Porté en 2018 par Charles Michel, le fonds anti-fake news a trébuché sur la N-VA: notre récit à lire sur Le Soir+

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous