Elections 2019: Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Elections 2019: Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Les instances du MR Brabant wallon ont validé à l’unanimité vendredi les listes qui seront présentées aux électeurs en mai prochain, pour le parlement fédéral et pour le parlement wallon. Au niveau fédéral, c’est l’actuel Premier ministre Charles Michel qui emmènera la liste, suivi par la bourgmestre de Waterloo Florence Reuter, puis par le député-bourgmestre de Villers-la-Ville Emmanuel Burton. Pour le parlement wallon, la liste sera emmenée par l’actuelle ministre régionale Valérie De Bue, suivie du chef de groupe MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl.

>Elections 2019: Ducarme et Marghem pour emmener la liste fédérale MR en Hainaut

Sur la liste régionale, Sybille de Coster-Bauchau (Grez-Doiceau), ex-députée fédérale, figure en troisième position. Suivent les députés régionaux sortants Olivier Maroy (Orp-Jauche) et Chantal Versmissen-Sollie (Braine-l’Alleud). Le premier suppléant est Nicolas Janssen (La Hulpe) et la deuxième suppléante est la députée sortante Lyseline Louvigny (Tubize).

«En cinq ans au fédéral, en moins de deux ans en Région wallonne, nous avons changé les choses. On a retrouvé la fierté d’être Wallon et d’être Belge», a indiqué vendredi Jean-Paul Wahl, le président du MR Brabant wallon.

Stabilité pour l’avenir du pays

Sur la liste pour le parlement fédéral, les cinq candidats effectifs sont Charles Michel, suivi de Florence Reuter, d’Emmanuel Burton, de la bourgmestre de Beauvechain Carole Ghiot et du bourgmestre de Nivelles Pierre Huart. Le premier suppléant est le député bourgmestre de Braine-l’Alleud, Vincent Scourneau.

Parmi les points clés évoqués par Charles Michel pour la campagne fédérale qui débute, on trouve notamment la volonté du MR d’incarner la stabilité pour l’avenir du pays, la volonté de poursuivre sur les réformes qui dynamisent l’économie (création d’emplois, réforme de la fiscalité, encouragement à l’innovation...) et la sécurité.

Interrogé sur une éventuelle difficulté supplémentaire pour ces élections par rapport aux précédentes, après cinq ans de pouvoir au fédéral, l’actuel premier ministre s’est voulu optimiste. «Au moment où on présente les listes, il y a zéro bulletin dans l’urne. Nous avons la totale conviction que l’équipe est solide, que le projet est robuste et cela, ce sont les ingrédients pour être convaincants», a assuré Charles Michel.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite