Elections 2019: Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Elections 2019: Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Les instances du MR Brabant wallon ont validé à l’unanimité vendredi les listes qui seront présentées aux électeurs en mai prochain, pour le parlement fédéral et pour le parlement wallon. Au niveau fédéral, c’est l’actuel Premier ministre Charles Michel qui emmènera la liste, suivi par la bourgmestre de Waterloo Florence Reuter, puis par le député-bourgmestre de Villers-la-Ville Emmanuel Burton. Pour le parlement wallon, la liste sera emmenée par l’actuelle ministre régionale Valérie De Bue, suivie du chef de groupe MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl.

>Elections 2019: Ducarme et Marghem pour emmener la liste fédérale MR en Hainaut

Sur la liste régionale, Sybille de Coster-Bauchau (Grez-Doiceau), ex-députée fédérale, figure en troisième position. Suivent les députés régionaux sortants Olivier Maroy (Orp-Jauche) et Chantal Versmissen-Sollie (Braine-l’Alleud). Le premier suppléant est Nicolas Janssen (La Hulpe) et la deuxième suppléante est la députée sortante Lyseline Louvigny (Tubize).

«En cinq ans au fédéral, en moins de deux ans en Région wallonne, nous avons changé les choses. On a retrouvé la fierté d’être Wallon et d’être Belge», a indiqué vendredi Jean-Paul Wahl, le président du MR Brabant wallon.

Stabilité pour l’avenir du pays

Sur la liste pour le parlement fédéral, les cinq candidats effectifs sont Charles Michel, suivi de Florence Reuter, d’Emmanuel Burton, de la bourgmestre de Beauvechain Carole Ghiot et du bourgmestre de Nivelles Pierre Huart. Le premier suppléant est le député bourgmestre de Braine-l’Alleud, Vincent Scourneau.

Parmi les points clés évoqués par Charles Michel pour la campagne fédérale qui débute, on trouve notamment la volonté du MR d’incarner la stabilité pour l’avenir du pays, la volonté de poursuivre sur les réformes qui dynamisent l’économie (création d’emplois, réforme de la fiscalité, encouragement à l’innovation...) et la sécurité.

Interrogé sur une éventuelle difficulté supplémentaire pour ces élections par rapport aux précédentes, après cinq ans de pouvoir au fédéral, l’actuel premier ministre s’est voulu optimiste. «Au moment où on présente les listes, il y a zéro bulletin dans l’urne. Nous avons la totale conviction que l’équipe est solide, que le projet est robuste et cela, ce sont les ingrédients pour être convaincants», a assuré Charles Michel.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Sur les bateaux munis d’une grue pour remonter les cordes, ce sont environ deux tonnes de moules par heure qui sont pêchées à partir de la fin du mois de mai.

    C’est déjà la saison des moules

  2. Binche, Estinnes et Morlanwelz rejoignent la toute nouvelle circonscription de Soignies-La Louvière.

    Elections 2019: les curieux comptes électoraux du SPF Intérieur

  3. La campagne du Belang vise principalement les jeunes.

    Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Petits partis: entrer en politique pour la changer, au risque que celle-ci vous change

    La démocratie est le pire des systèmes, à l’exception de tous les autres ». La citation de Winston Churchill est largement partagée au sein des listes citoyennes. Notre parlementarisme est devenu une particratie, sous le contrôle de coupoles présidentielles qui, souvent, décident au nom d’intérêts partisans ou de logique à court terme.

    Le désir de changement est profond, tant le système actuel semble en crise. Et c’est ce pas que franchit un nombre croissant de citoyens, décidés à « entrer...

    Lire la suite