Elections 2019: Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Elections 2019: Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Les instances du MR Brabant wallon ont validé à l’unanimité vendredi les listes qui seront présentées aux électeurs en mai prochain, pour le parlement fédéral et pour le parlement wallon. Au niveau fédéral, c’est l’actuel Premier ministre Charles Michel qui emmènera la liste, suivi par la bourgmestre de Waterloo Florence Reuter, puis par le député-bourgmestre de Villers-la-Ville Emmanuel Burton. Pour le parlement wallon, la liste sera emmenée par l’actuelle ministre régionale Valérie De Bue, suivie du chef de groupe MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl.

>Elections 2019: Ducarme et Marghem pour emmener la liste fédérale MR en Hainaut

Sur la liste régionale, Sybille de Coster-Bauchau (Grez-Doiceau), ex-députée fédérale, figure en troisième position. Suivent les députés régionaux sortants Olivier Maroy (Orp-Jauche) et Chantal Versmissen-Sollie (Braine-l’Alleud). Le premier suppléant est Nicolas Janssen (La Hulpe) et la deuxième suppléante est la députée sortante Lyseline Louvigny (Tubize).

«En cinq ans au fédéral, en moins de deux ans en Région wallonne, nous avons changé les choses. On a retrouvé la fierté d’être Wallon et d’être Belge», a indiqué vendredi Jean-Paul Wahl, le président du MR Brabant wallon.

Stabilité pour l’avenir du pays

Sur la liste pour le parlement fédéral, les cinq candidats effectifs sont Charles Michel, suivi de Florence Reuter, d’Emmanuel Burton, de la bourgmestre de Beauvechain Carole Ghiot et du bourgmestre de Nivelles Pierre Huart. Le premier suppléant est le député bourgmestre de Braine-l’Alleud, Vincent Scourneau.

Parmi les points clés évoqués par Charles Michel pour la campagne fédérale qui débute, on trouve notamment la volonté du MR d’incarner la stabilité pour l’avenir du pays, la volonté de poursuivre sur les réformes qui dynamisent l’économie (création d’emplois, réforme de la fiscalité, encouragement à l’innovation...) et la sécurité.

Interrogé sur une éventuelle difficulté supplémentaire pour ces élections par rapport aux précédentes, après cinq ans de pouvoir au fédéral, l’actuel premier ministre s’est voulu optimiste. «Au moment où on présente les listes, il y a zéro bulletin dans l’urne. Nous avons la totale conviction que l’équipe est solide, que le projet est robuste et cela, ce sont les ingrédients pour être convaincants», a assuré Charles Michel.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite