Trump annule des sanctions contre la Corée du Nord parce qu’il «apprécie» Kim Jong Un

Trump annule des sanctions contre la Corée du Nord parce qu’il «apprécie» Kim Jong Un

Le président américain Donald Trump a annoncé vendredi qu’il annulait des sanctions, imposées par son propre ministère des Finances, et visant à resserrer l’étau autour de la Corée du Nord pour qu’elle renonce à son programme nucléaire.

>Sommet à Hanoï: Trump prédit à la Corée du Nord un avenir «génial» en cas de dénucléarisation

«Le Trésor américain a annoncé aujourd’hui que des sanctions supplémentaires à grande échelle seraient ajoutées à celles pesant déjà sur la Corée du Nord. J’ai ordonné aujourd’hui que ces sanctions supplémentaires soient retirées!», a tweeté Donald Trump.

Le président américain, qui a rencontré deux fois le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, semblait faire référence aux sanctions annoncées jeudi contre deux entreprises de transport maritime chinoises, accusées d’avoir commercé avec la Corée du Nord en dépit des sanctions internationales.

«Le président Trump apprécie le dirigeant Kim et il ne pense pas que ces sanctions soient nécessaires», a de son côté dit la porte-parole de l’exécutif américain, Sarah Sanders.

Naïveté, incompétence, confusion

Adam Schiff, un démocrate qui préside la commission du Renseignement à la Chambre des représentants, a vivement critiqué le président pour cette annulation de sanctions «imposées hier seulement et promues par son propre conseiller à la Sécurité nationale, parce qu’il +aime+ Kim».

«Une imprudente naïveté est déjà assez dangereuse. L’incompétence flagrante et la confusion à la Maison Blanche, c’est encore pire», a-t-il tweeté.

Jeudi, le conseiller à la Sécurité nationale de M. Trump, John Bolton, avait déclaré que les sanctions visaient à empêcher la Corée du Nord de se livrer à des «pratiques illicites dans le trafic maritime».

La Chine avait dénoncé ces sanctions contre deux de ses entreprises de transport maritime, affirmant qu’elle respectait les mesures internationales prises pour forcer la Corée du Nord à renoncer à son programme nucléaire.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite