Etats-Unis: le procureur spécial Mueller a remis son rapport sur l’affaire russe

Etats-Unis: le procureur spécial Mueller a remis son rapport sur l’affaire russe

Robert Mueller, le procureur spécial chargé d’enquêter sur les soupçons de collusion entre la Russie et l’équipe de campagne du président américain Donald Trump, a remis son rapport au ministre de la Justice Bill Barr, a indiqué ce dernier vendredi soir. Les élus du Congrès américain pourraient recevoir dès ce week-end ses principales conclusions.

«Il est possible que je sois en position de vous informer des principales conclusions du procureur spécial dès ce week-end», a écrit M. Barr. L’enquête aura duré près de deux ans.

La Maison Blanche a salué vendredi la remise du rapport très attendu. «Les prochaines étapes sont du ressort du ministre de la Justice (Bill) Barr et nous avons hâte que le processus suive son cours. La Maison Blanche n’a pas reçu le rapport du procureur spécial et n’a pas été informée» de son contenu, a dit la porte-parole de l’exécutif américain, Sarah Sanders.

« Chasse aux sorcières »

Le procureur Mueller a été nommé en mai 2017 pour mener une enquête indépendante sur des soupçons d’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 pour aider à faire élire M. Trump.

Même si Robert Mueller ne trouve pas de preuves de connivence entre Moscou et l’équipe de campagne du républicain, les commentateurs pensent qu’il pourrait accuser Donald Trump d’avoir tenté de gêner l’enquête, en raison des pressions verbales qu’il a exercées sur l’ancien ministre de la Justice Jeff Sessions et son adjoint Rod Rosenstein ou encore du limogeage du chef du FBI James Comey en mai 2017.

M. Trump lui-même a semblé vendredi, dans un entretien sur la chaîne Fox, s’attendre à être accusé d’obstruction à la justice. Le président ne cesse de répéter qu’il n’y a pas eu «collusion» et dénonce une chasse aux sorcières.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Objectif
: soulager les Bruxellois de la congestion automobile.

    La taxe kilométrique, qui en veut?

  2. «
Die Welt
» a pu rencontrer à Moscou, dans une chambre d’hôtel, Edward Snowden, ancien espion et Américain sans passeport réfugié en Russie. L’homme a rendu publique en 2013 la surveillance de masse et globale des communications mise en place par les agences de renseignement américaines, la CIA et la National Security Agency NSA.

    Edward Snowden: «Je n’aurai plus jamais le contrôle de ce qui m’arrive»

  3. POLITICS ECOLO CHAIRMAN ELECTION

    Ecolo: les leçons du passé, pour éviter le ressac

La chronique
  • Quo vadis, Boris Johnson?

    Bien malin qui pourrait comprendre ou même deviner la moindre ligne directrice dans la manière dont Boris Johnson mène sa « négociation » avec l’Union européenne… Il y a une dizaine de jours, une brève lueur d’espoir avait pu naître chez ceux qui continuaient à espérer que le nouveau Premier ministre britannique s’avérerait plus rationnel qu’il n’y paraissait jusque-là. D’une part, son idée de faire de l’île d’Irlande un territoire régi par les mêmes règles pour le secteur agro-alimentaire avait pu être comprise comme un premier...

    Lire la suite