Le Spirou redresse la barre et bat Limburg (99-80)

Mobley. @News
Mobley. @News

Le Spirou a essuyé devant son public la défaite concédée à Limburg la semaine précédente, en faisant preuve de plus de maturité dans le jeu, avant de laisser place au spectacle dans le dernier quart.

Charleroi avait bel et bien tiré des enseignements de la défaite imprévue du vendredi précédent à Limburg. Après des débuts à jeu égal avec les troupes de Lynch, Carrington profitant des précieuses minutes sans Hammonds sur le dos pour alimenter le marquoir et le Spirou multipliant les erreurs de justesse, Charleroi est passé à la vitesse supérieure… et a infligé un 15-0 à son adversaire. Plus agressifs pour pousser les Limbourgeois à 10 pertes de balle en première mi-temps, les Carolos inversaient la tendance (41-31).

Offensivement, Marchant, Libert et Mobley ne laissaient aucune chance aux ailiers adverses. La circulation de ballon plus fluide et les mouvements continus vers l’anneau afin de créer le décalage dans la défense limbourgeoise offraient des opportunités à trois points (4/6 au second quart) et dans la raquette pour mettre les visiteurs en problème de fautes… sans tirer profit des lancer-francs obtenus.

Le retour des vestiaires n’était cependant pas dans la même lignée. Quelques errements défensifs d’Hervelle et Sorokas permettaient à Spicer de réduire l’écart. Sans Hammonds à 3 fautes, Charleroi perdait le contrôle offensif qui avait fait sa réussite et les options individuelles n’aboutissaient pas (59-54). Limbourg ne pouvait malgré tout pas s’exprimer dans son jeu de transition car les rebonds offensifs carolos se multipliaient.

Un spectacle apprécié

Beane et Mobley allaient donner aux leurs l’élan nécessaire pour prendre l’ascendant psychologique et assurer la victoire. Le nouveau venu claquait deux dunks stratosphériques tandis que l’artilleur carolo inscrivait deux triples compliqués pour projeter Charleroi à 82-64 sous les applaudissements d’un Dôme appréciant le spectacle… bien qu’enrayé par quelques décisions arbitrales excessives (54 fautes au total).

Mobley atteignait à nouveau un total impressionnant (28 points) tandis que Libert manquait le lancer-franc pouvant permettre aux siens d’atteindre la barre des 100 points.

En cas de défaite du Brussels dimanche à Anvers, le Spirou reviendrait à hauteur des hommes de Crèvecoeur et de la troisième place.

SPIROU CHARLEROI 99

LIMBURG 80

Q.T. : 18-21, 29-16, 21-22, 31-21.

Charleroi : 11/27 à 3, 22/36 à 2, 22/31 aux lf, 38 rbds, 14 ass, 25 f.

HUNT 4-0, LIBERT 10-9, Hervelle 0-3, Beane 0-8, Demirtas 0-2, FORD 8-7, Sorokas 1-2, Marchant 8-0, Mobley 12-16, HAMMONDS 4-7.

Limburg : 8/22 à 3, 19/32 à 2, 18/22 aux lf, 24 rbds, 16 ass, 29 f.

CARRINGTON 11-9, PICKENS 4-5, Mukubu 4-2, Morris, DELALIEUX, DEPUYDT 4-0, Dedroog 2-0, SPICER 4-9, Unruh 8-6, Price 0-9.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Charles Michel a trouvé un compromis pour le casting ministériel. En sera-t-il de même pour la présidence du MR
?

    MR: après le casting ministériel, le combat présidentiel

  2. A Bruxelles et en Wallonie, l’informateur royal Johan Vande Lanotte se place dans le top 5 des hommes politiques appréciés de la population.

    Grand Baromètre: le retour en grâce de Vande Lanotte à Bruxelles et en Wallonie

  3. Josse De Pauw dans « La Mémoire  des arbres ».

    Le Théâtre National dans le viseur des Russes

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite