Le Spirou redresse la barre et bat Limburg (99-80)

Mobley. @News
Mobley. @News

Le Spirou a essuyé devant son public la défaite concédée à Limburg la semaine précédente, en faisant preuve de plus de maturité dans le jeu, avant de laisser place au spectacle dans le dernier quart.

Charleroi avait bel et bien tiré des enseignements de la défaite imprévue du vendredi précédent à Limburg. Après des débuts à jeu égal avec les troupes de Lynch, Carrington profitant des précieuses minutes sans Hammonds sur le dos pour alimenter le marquoir et le Spirou multipliant les erreurs de justesse, Charleroi est passé à la vitesse supérieure… et a infligé un 15-0 à son adversaire. Plus agressifs pour pousser les Limbourgeois à 10 pertes de balle en première mi-temps, les Carolos inversaient la tendance (41-31).

Offensivement, Marchant, Libert et Mobley ne laissaient aucune chance aux ailiers adverses. La circulation de ballon plus fluide et les mouvements continus vers l’anneau afin de créer le décalage dans la défense limbourgeoise offraient des opportunités à trois points (4/6 au second quart) et dans la raquette pour mettre les visiteurs en problème de fautes… sans tirer profit des lancer-francs obtenus.

Le retour des vestiaires n’était cependant pas dans la même lignée. Quelques errements défensifs d’Hervelle et Sorokas permettaient à Spicer de réduire l’écart. Sans Hammonds à 3 fautes, Charleroi perdait le contrôle offensif qui avait fait sa réussite et les options individuelles n’aboutissaient pas (59-54). Limbourg ne pouvait malgré tout pas s’exprimer dans son jeu de transition car les rebonds offensifs carolos se multipliaient.

Un spectacle apprécié

Beane et Mobley allaient donner aux leurs l’élan nécessaire pour prendre l’ascendant psychologique et assurer la victoire. Le nouveau venu claquait deux dunks stratosphériques tandis que l’artilleur carolo inscrivait deux triples compliqués pour projeter Charleroi à 82-64 sous les applaudissements d’un Dôme appréciant le spectacle… bien qu’enrayé par quelques décisions arbitrales excessives (54 fautes au total).

Mobley atteignait à nouveau un total impressionnant (28 points) tandis que Libert manquait le lancer-franc pouvant permettre aux siens d’atteindre la barre des 100 points.

En cas de défaite du Brussels dimanche à Anvers, le Spirou reviendrait à hauteur des hommes de Crèvecoeur et de la troisième place.

SPIROU CHARLEROI 99

LIMBURG 80

Q.T. : 18-21, 29-16, 21-22, 31-21.

Charleroi : 11/27 à 3, 22/36 à 2, 22/31 aux lf, 38 rbds, 14 ass, 25 f.

HUNT 4-0, LIBERT 10-9, Hervelle 0-3, Beane 0-8, Demirtas 0-2, FORD 8-7, Sorokas 1-2, Marchant 8-0, Mobley 12-16, HAMMONDS 4-7.

Limburg : 8/22 à 3, 19/32 à 2, 18/22 aux lf, 24 rbds, 16 ass, 29 f.

CARRINGTON 11-9, PICKENS 4-5, Mukubu 4-2, Morris, DELALIEUX, DEPUYDT 4-0, Dedroog 2-0, SPICER 4-9, Unruh 8-6, Price 0-9.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Les U20 belges ont décroché la troisième des Championnats d’Europe Division B, ce qui les propulse en Division A.

    Par Guillaume Zaracas

    Basket

    L’avenir du basket belge s’annonce radieux

  • Remco Evenepoel. Photo 
: Photonews.

    Le WE sportif en 60 secondes

  • PHOTONEWS_10737547-007

    Par AFP/Belga

    Basket

    Mondial de basket: James Harden compte faire l’impasse

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite