Qualifications Euro 2020: le Portugal de Ronaldo tenu en échec par l’Ukraine (0-0)

Qualifications Euro 2020: le Portugal de Ronaldo tenu en échec par l’Ukraine (0-0)
EPA

Pouvant à nouveau compter sur son capitaine Cristiano Ronaldo, absent de la sélection depuis le Mondial-2018, le Portugal a concédé le nul face à l’Ukraine (0-0) pour son premier match de qualifications à l’Euro-2020, vendredi à Lisbonne.

La Selecçao a pris la seconde place du groupe B à égalité de points avec son adversaire puisque dans l’autre rencontre du jour le Luxembourg a battu la Lituanie à domicile (2-1).

Presque neuf mois après son dernier match avec la sélection portugaise, l’élimination au Mondial-2018 en huitièmes de finale face à l’Uruguay (1-2), Ronaldo a retrouvé son équipe nationale comme s’il ne l’avait jamais quittée une fois son adaptation à la Juventus Turin terminée.

Attaquant gauche d’un 4-3-3 qui a fait ses preuves en son absence notamment lors des rencontres de la Ligue des nations, le quintuple Ballon d’or de 34 ans a reçu les vivats des quelque 50.000 spectateurs de l’Estadio da Luz à chacune de ses prises de balle.

Et ’CR7’ n’a pas mis longtemps à s’illustrer. Après une alerte à la cheville gauche à la suite d’un contact avec Marlos (22), l’ancien joueur du Real Madrid s’est incrusté coté gauche avant de décocher une frappe du pied droit bien détournée par le gardien ukrainien Andriy Pyatov (23).

Ronaldo récidivait quelques instants plus tard mais le portier du Shakhtar Donetsk se couchait bien sur sa droite pour sortir le tir du gauche du Portugais qui fêtait face à l’Ukraine sa 155e sélection (27).

Maladresse et Pyatov

Pyatov ne dégoutait pas seulement le capitaine lusitanien puisqu’il s’envolait magnifiquement pour dévier une lourde frappe d’André Silva filant dans la lucarne (57) puis intervenait avec sûreté sur une tête(81) puis une frappe (90) du luso-brésilien Dyego Sousa, l’attaquant du Sporting Braga honorant sa première sélection.

Sur son aile gauche, comme il en a l’habitude avec la Juve, Ronaldo a multiplié les débordements pour tenter de faire la différence mais les Ukrainiens entraînés par le légendaire Andriy Shevtchenko n’ont jamais cédé face aux nombreux temps forts et à la domination du Portugal.

Bien organisés, n’hésitant pas à sortir de leur camp quand ils le pouvaient, les Slaves ont en plus démontré de bonnes dispositions techniques pour ne pas commettre d’erreurs qui auraient pu amener le danger sur leur but.

Dans le sillage d’un Pyatov auteur d’une performance XXL, les Bleus et Jaunes ont aussi bénéficié de la maladresse et des tergiversations des Lusitaniens dans le dernier geste.

Un mal qui n’a pas épargné Cristiano Ronaldo qui a envoyé un tir dans les nuages du ciel lisboète (77).

Mais le capitaine des champions d’Europe en titre n’a jamais lâché en se démultipliant quand l’Ukraine a décidé de se recroqueviller dans son camp dans les derniers instants, sans pour autant trouver la faille qui aurait libéré les supporters portugais.

Lundi, le Portugal affrontera la Serbie qui reste sur un match nul face à l’Allemagne en amical (1-1), toujours à l’Estadio da Luz.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite