Etats-Unis: le procureur Mueller ne procède pas à de nouvelles inculpations dans le cadre de l’affaire russe

Etats-Unis: le procureur Mueller ne procède pas à de nouvelles inculpations dans le cadre de l’affaire russe

Le procureur spécial Robert Mueller ne juge pas nécessaire de procéder à de nouvelles inculpations dans le cadre de son enquête sur une possible collusion entre Moscou et l’équipe de campagne de Donald Trump, selon les médias américains.

Robert Mueller, le procureur spécial chargé d’enquêter sur les soupçons de collusion entre la Russie et l’équipe de campagne du président américain Donald Trump, a remis son rapport au ministre de la Justice Bill Barr, a indiqué ce dernier vendredi soir. Les élus du Congrès américain pourraient recevoir dès ce week-end ses principales conclusions.

« Il est possible que je sois en position de vous informer des principales conclusions du procureur spécial dès ce week-end » , a écrit M. Barr. L’enquête aura duré près de deux ans.

La Maison Blanche a salué vendredi la remise du rapport très attendu. « Les prochaines étapes sont du ressort du ministre de la Justice (Bill) Barr et nous avons hâte que le processus suive son cours. La Maison Blanche n’a pas reçu le rapport du procureur spécial et n’a pas été informée » de son contenu, a dit la porte-parole de l’exécutif américain, Sarah Sanders.

« Chasse aux sorcières »

Le procureur Mueller a été nommé en mai 2017 pour mener une enquête indépendante sur des soupçons d’ingérence russe dans la campagne présidentielle de 2016 pour aider à faire élire M. Trump.

Même si Robert Mueller ne trouve pas de preuves de connivence entre Moscou et l’équipe de campagne du républicain, les commentateurs pensent qu’il pourrait accuser Donald Trump d’avoir tenté de gêner l’enquête, en raison des pressions verbales qu’il a exercées sur l’ancien ministre de la Justice Jeff Sessions et son adjoint Rod Rosenstein ou encore du limogeage du chef du FBI James Comey en mai 2017.

M. Trump lui-même a semblé vendredi, dans un entretien sur la chaîne Fox, s’attendre à être accusé d’obstruction à la justice. Le président ne cesse de répéter qu’il n’y a pas eu « collusion » et dénonce une chasse aux sorcières.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite