NBA: James Harden toujours plus haut, LeBron James KO

NBA: James Harden toujours plus haut, LeBron James KO
AFP

Soirée contrastée pour deux des stars de la NBA vendredi : James Harden a encore tutoyé les sommets avec ses 61 points, dont 37 avant la pause, tandis que LeBron James a dit définitivement adieu aux playoffs 2019.

Ses statistiques donnent le tournis à tout le monde, sauf à lui : contre San Antonio, battu 111 à 105, Harden a égalé son record de points marqués en une soirée (établi en janvier dernier) et a dépassé le seuil des 50 points pour la 8e fois de la saison.

Avec son troisième match à 60 points et plus depuis ses débuts en NBA, il marche aussi sur les traces de trois légendes, Wilt Chamberlain, Kobe Bryant et Michael Jordan, les seuls à avoir fait mieux dans ce registre avec respectivement 32 matchs à 60 points et plus, 6 et 4.

Il a aussi marqué des points précieux dans la course à un deuxième trophée de meilleur joueur NBA (MVP) consécutif, que seul l’ailier grec de Milwaukee, Giannis Antetokounmpo semble en mesure de lui dérober.

Mais « The Beard » ne s’attarde pas sur les chiffres et les records.

A 29 ans, le meneur de Houston veut remporter son premier titre de champion NBA et laver l’affront de la finale de conférence Ouest 2018 où ses Rockets avaient fait douter les Golden State Warriors (4-3).

Fin de série pour « King James »

« Je travaille chaque jour pour être le meilleur joueur possible. Je peux devenir l’un des meilleurs joueurs de l’histoire », a-t-il insisté. Il a écœuré San Antonio qui menait pourtant de six points à moins de cinq minutes de la fin du temps réglementaire (100-94). Mais face à un marqueur aussi prolifique que Harden, cette avance a vite volé en éclats.

Il a marqué trois paniers à trois points consécutifs en une minute et propulsé son équipe définitivement en tête (103-100). Son entraîneur Mike d’Antoni n’en revient toujours pas. « Ce qu’il a réussi ce soir, on peut difficilement faire mieux sur le plan offensif, c’était impressionnant, il joue à un tout autre niveau », a admiré le coach des Rockets.

Les Lakers, eux, ne disputeront pas les play-offs. C’est officiel depuis leur défaite à domicile contre Brooklyn (111-106) qui les relègue à onze victoires de la 8e place, la dernière qualificative pour la phase finale.

Symbole d’une saison qui avait bien commencé pour les Lakers avant de déraper, LeBron James a glissé alors qu’il pouvait égaliser en fin de match et s’est retrouvé à terre, médusé.

Le triple champion NBA, recruté l’été dernier pour redonner aux Lakers leur gloire passée, ne disputera pas les play-offs pour la première fois depuis 2005. Sa série de huit finales consécutives avec Miami et Cleveland a aussi pris fin.

« Une saison difficile »

« C’est une saison difficile pour nous tous, elle ne s’est pas passée comme on l’espérait, il y a les blessures, les suspensions, mais on n’a jamais vraiment réussi à enchaîner les matchs où on jouait pendant 48 minutes », a constaté « King James ».

« Se qualifier pour les play-offs n’est jamais une formalité, il faut se battre pour les disputer, mais cela ne change rien pour moi personnellement de ne pas les disputer cette saison », a-t-il assuré. Si sa blessure aux adducteurs fin décembre a complètement changé le cours de la saison des Lakers, « LBJ », 34 ans, a reconnu qu’il n’avait pas été « aussi bon et efficace » qu’il l’avait espéré à son arrivée à Los Angeles. Avec dix matchs de saison régulière désormais sans enjeux encore à disputer, il est possible que sa saison ait pris fin dès vendredi.

A l’Ouest, Denver est revenu à la hauteur de Golden State au sommet du classement grâce à sa nette victoire face aux New York Knicks (111-93). Oklahoma City qui restait sur quatre défaites de suite, a réagi en s’imposant à Toronto 116 à 109. OKC est désormais 5e, mais ne compte qu’une victoire d’avance sur le 8e, San Antonio.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • @Belga

    Par Stéphane Druart et De notre envoyé spécial, Stéphane Druart

    International

    Basket: les Cats entre joie, espoir et déception

  • SERBIA BASKET EUROBASKET BELGIUM VS HUNGARY

    Par STEPHANE DRUART, envoyé spécial à Belgrade

    Basket

    Euro de basket: les Cats se rapprochent des Jeux

  • BASKET-EURO-2019-WOMEN-FRA-BEL

    Par Stéphane Druart

    International

    Euro féminin de basket: Emma Meesseman, la nouvelle grande Dame

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Lionel Messi veilli par l’application FaceApp.

    Ce que FaceApp vous dit (tout bas) sur l’utilisation qu’elle fait de vos photos

  2. Louis Michel et Laurette Onkelinx.

    «Chez Laurette et Louis», le casting politique de LN24

  3. l’état d’urgence «
sécheresse
» n’est pas déclaré, mais une réunion de crise est prévue le 25 juillet prochain.

    Agriculture: comme un avant-goût de sécheresse

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Bruxelles: un accord rouge, vert, raisonnablement ambitieux

    Un accord de gouvernement, c’est un acte par lequel des élus s’engagent envers les citoyens, pour cinq ans. Au moment de sa rédaction, il peut être jugé à l’aune de son ambition et de ses priorités. A cet égard, le texte conclu par les six partis de la majorité bruxelloise affiche clairement les couleurs. Rouge et verte.

    La ville se fracture, entre pauvres et riches, que relient de moins en moins ces classes moyennes tentées par l’exode urbain. Les indicateurs se dégradent : le nombre d’enfants...

    Lire la suite