Gilets jaunes en France: 6 interpellations à Nice lors de rassemblements interdits

Quelques dizaines de personnes dont certaines ont revêtu un gilet jaune ont bravé samedi matin l’interdiction de manifester sur une place du centre de Nice, et six ont été interpellées, selon la préfecture.

►Gilets jaunes: l’impressionnant dispositif de sécurité à Paris en images

La situation restait assez confuse à 12h sur la place Garibaldi, à l’intérieur du périmètre d’interdiction établi par la préfecture, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Les forces de l’ordre, présentes en nombre avec plusieurs dizaines d’hommes, ont tenté plusieurs fois de disperser les participants au rassemblement, dont certains portent un gilet jaune. Une partie d’entre eux se sont assis, certains chantaient la Marseillaise ou criaient «liberté !».

Une femme âgée est tombée pendant une charge de la police, et a été blessée. Les pompiers l’ont évacuée, consciente, a constaté l’AFP.

La préfecture des Alpes Maritimes a fait état de six interpellations depuis le matin dans le cadre de l’interdiction de manifester à Nice, où elle a mis en place un périmètre d’interdiction de manifestations et de rassemblements très étendu.

Outre l’acte 19 des gilets jaunes, il s’agit selon les autorités d’assurer la sécurité d’une visite du président chinois Xi Jinping et d’Emmanuel Macron, dimanche et lundi.

Les contraventions encourues en cas de participation à une manifestation interdite ont été portées de 38 à 135 euros par un décret jeudi. Si «des attroupements sont constatés» dans ces zones, il y aura «interpellation et amende», avait promis le secrétaire d’État à l’Intérieur Laurent Nuñez.

A Nice, l’interdiction, justifiée par «le risque manifeste de trouble à l’ordre public», s’étend sur une grande partie de l’agglomération, dont la Promenade des Anglais et l’aéroport, plus ou moins étendue en fonction des jours entre samedi 4h et lundi 12h. Sept communes sont concernées, en plus de Nice, comme Eze, La Turbie, Cap d’Ail ainsi que Beaulieu-sur-mer où doivent dîner les deux chefs d’Etat dimanche.

Le préfet a en outre établi des périmètres interdits à toute personne sauf aux résidents, avec un filtrage de l’accès par la police, des palpations et des fouilles, et une interdiction de circulation et de stationnement des véhicules.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Gilets jaunes|Politique|France|Paris|Nice (Alpes-Maritimes)
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Jean-Pierre et Luc Dardenne

    Pourquoi les films des frères Dardenne sont faits pour Cannes

  2. Le 4 août 1981, Reagan convoqua la presse à la roseraie de la Maison-Blanche...

    Quand décolla le «reaganisme»

  3. Le retour de Farage au cœur de l’échiquier politique britannique souligne l’exaspération du peuple du Leave devant l’impasse du Brexit.

    Brexit: le retour de Nigel Farage ou le spectre de 2014

Chroniques
  • Élections 2019: Jan Jambon, le vegan patron boucher

    Jan Jambon, Premier ministre ? Mais c’est comme si on mettait un vegan à la tête d’une boucherie ! » Et voilà donc ce que twittait ce lundi un facétieux, suite à l’interview au Nieuwsblad où Jan Jambon annonçait sa détermination à devenir Premier ministre de la Belgique. L’idée avait bien été déjà balancée il y a quelques semaines en marge de l’annonce par Bart De Wever de sa candidature comme ministre-président de la Flandre. Le président de la N-VA avait alors poussé l’un de ses meilleurs ex-soldats au fédéral à faire un coming out : « Mais dis-le que tu es candidat à devenir Premier ministre ». Jan Jambon, un peu gêné, avait pouffé puis confirmé, tout le monde avait ri et on était passé à autre chose.

    Mais voilà, c’est de retour ! Et cette fois, de...

    Lire la suite

  • Notre-Dame: la générosité ne garantit pas l’indulgence

    Dans 500 ans – si la planète est toujours là –, les visiteurs de la nouvelle cathédrale de Notre-Dame de Paris s’interrogeront sur l’identité de cette gargouille et de cette guivre à tête humaine qui orneront peut-être la partie restaurée du bâtiment : « Mais qui sont ces gens ? » On leur répondra : les donateurs de l’époque. Lorsque Notre-Dame a brûlé, deux hommes, François Pinault et Bernard Arnault, ont cassé leur tirelire pour permettre à ce monument de reprendre le cours de sa longue vie et au peuple de...

    Lire la suite