Mondiaux de patinage artistique: l’Américain Nathan Chen conserve le titre

Mondiaux de patinage artistique: l’Américain Nathan Chen conserve le titre
Reuters

L’Américain Nathan Chen a conservé la couronne de champion du monde de patinage artistique devant le Japonais Yuzuru Hanyu, double champion olympique en titre, samedi à Saitama (Japon).

Chen, 19 ans, victorieux du programme court comme du programme libre (216,02), a totalisé 323,42 points, un avantage de plus de 20 points sur Hanyu (300,97). Avant cette semaine, le patineur nippon n’était plus apparu en compétition depuis mi-novembre en raison d’une cheville droite blessée.

Un autre Américain, le jeune Vincent Zhou (18 ans), est monté zsur la 3e marche du podium (281,16).

Si Chen a relevé le pari de cumuler patinage et études à la prestigieuse université de Yale (Etats-Unis) depuis la rentrée, Hanyu (24 ans) n’a lui pas réussi le sien. Il y a un an à Pyeongchang, «Yuzu», déjà blessé à la cheville droite lors de la première moitié de l’hiver olympique, avait remporté sa course contre la montre et était devenu le premier patineur à conserver l’or olympique depuis 66 ans.

De nouveau touché à la même cheville cette saison, il n’a pas pu rééditer l’exploit de monter sur la première marche du podium, cette fois sur la glace japonaise. Le double champion du monde (2014 et 2017) était relégué à plus de douze points de Chen avant le programme libre.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite