Calme à Paris, heurts à Nice et échauffourées à Montpellier: 8.300 gilets jaunes ont manifesté en France

Quelque 8.300 personnes, dont 3.100 à Paris, étaient mobilisées samedi à 14h pour l’acte 19 du mouvement social des gilets jaunes, selon les estimations du ministère de l’Intérieur régulièrement contestées par les manifestants.

Délaissant les Champs-Elysées interdits à la manifestation, les gilets jaunes défilaient samedi dans le calme ailleurs à Paris et dans plusieurs autres villes pour un acte 19 marqué par un renforcement du dispositif policier et de brèves tensions à Nice.

► Le restaurant «Le Fouquet’s» se barricade derrière un sarcophage d’acier (photos et vidéos)

Des mesures de sécurité intenses

Positionnés dès le petit matin, de nombreux fourgons, blindés et canons à eau des forces de l’ordre avaient pris place au beau milieu de la célèbre artère parisienne, théâtre la semaine dernière de scènes d’émeute et de saccages qui ont mis l’exécutif sous pression.

► Aucun manifestant ne s’est osé sur les Champs-Elysées (photos)

Sur décision du nouveau préfet de police Didier Lallement, aucun gilet jaune n’était autorisé à défiler sur et autour des Champs-Elysées ou sur la place de l’Étoile, traditionnel point de rendez-vous depuis le début de la mobilisation il y a plus de quatre mois.

Heurts autour du périmètre interdit et interpellations à Nice

Des heurts ont éclaté samedi après-midi à Nice lorsque quelques centaines de manifestants ont tenté de pénétrer dans le périmètre interdit aux rassemblements, déclenchant des tirs nourris de gaz lacrymogène, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Quelques dizaines de personnes, dont certaines vêtues d’un gilet jaune, avaient déjà bravé l’interdiction de manifester en centre-ville en matinée, sur la place Garibaldi, et à 12h30, la préfecture des Alpes-Maritimes avait fait état de 26 interpellations, dont 20 à Nice même.

Le matin, une femme âgée était tombée pendant une charge de la police, et avait été blessée. Les pompiers l’avaient évacuée, consciente, a constaté l’AFP.

4.500 gilets jaunes à Montpellier, des échauffourées éclatent

Des échauffourées avec les forces de l’ordre ont éclaté samedi à Montpellier, environ deux heures après le départ d’un cortège de gilets jaunes rassemblant quelque 4.500 personnes selon la préfecture.

Vers 16h, les forces de l’ordre ont fait des sommations puis procédé à des tirs nourris de grenades lacrymogènes, alors que des manifestants leur jetaient canettes et bouteilles de bière, a constaté une journaliste de l’AFP.

Côté manifestants, au moins une personne a été blessée par un projectile au visage, et côté forces de l’ordre, au moins deux policiers ont été blessés, a-t-elle constaté. Ces affrontements ont éclaté place de la Comédie et aux abords du centre.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. JP Marielle

    Marielle, cette voix de timbré!

  2. Abdelhamid Abaaoud était traqué par les services de renseignements du monde entier. Il a pourtant pu commettre les attentats de Paris.

    Terrorisme: comment les renseignements français ont traqué Abaaoud

  3. Laurette Onkelinx.

    Laurette Onkelinx, la dernière séance: «La politique est gloutonne, j’ai payé le prix fort»

Chroniques
  • Grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Pour lutter contre la peur du vaccin, l’humain doit primer

    Certes, bien des nations nous envient notre système de santé. Son excellence académique, son équipement de haut niveau, sa densité sont des réalités incontestables. Mais le système gémit sous les coups de boutoir de la crise. Pénurie de médecins et d’infirmières, restriction des soins, fusions d’établissements : le futur ne se dessine pas en rose au fil des 121 indicateurs livrés par le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE)....

    Lire la suite