Julian Alaphilippe vainqueur de Milan-Sanremo: «J’ai besoin de temps pour réaliser»

Julian Alaphilippe vainqueur de Milan-Sanremo: «J’ai besoin de temps pour réaliser»
Photo News

Julian Alaphilipppe (Deceuninck-Quick Step) a remporté Milan-Sanremo samedi à l’issue d’un sprint intimiste entre dix hommes forts à l’arrivée de la Primavera. «J’ai besoin de temps pour réaliser», a déclaré le Français dans l’euphorie de l’arrivée.

-> Le Français Julian Alaphilippe remporte la 110e édition de Milan-Sanremo (vidéo)

«J’ai du mal à réaliser ce que j’ai fait, ce que mon équipe a fait. Mes coéquipiers m’ont protégé toute la journée et on a contrôlé le final en durcissant la course. On n’a fait aucune erreur. J’ai fait un gros effort dans le haut du Poggio pour faire une grosse sélection. Ce sont les plus forts qui sont restés. Dans la descente, j’ai essayé de récupérer un peu. A 600m de la ligne, et avec le petit groupe que nous étions, je me suis dit c’est maintenant ou jamais. Et je voulais vraiment gagner, à l’arrivée c’était incroyable, on était tous dans les bras l’un de l’autre, tout le monde pleurait», a confié le Français, 3e en 2017 derrière Michal Kwiatkowski et le Slovaque Peter Sagan, soit le podium dans le désordre il y a deux ans avec la victoire du Polonais.

C’est la première victoire dans un Monument pour Julian Alaphilippe vainqueur des Strade Bianche cette saison ainsi que de deux étapes de Tirreno-Adriatico, bon pour un 7e succès en 2019, le 19e pour son équipe Deceuninck-Quick Step.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Nissan a porté plainte au pénal contre Carlos Ghosn, son ancien patron.

    L’avenir de Carlos Ghosn s’assombrit encore un peu plus

  2. 170 kilos, c’est une masse. Qui rend impossibles la course et la marche intensive pendant plus d’un quart d’heure.

    Grand format - Journal d’un obèse: «Vous devez être malheureux pour manger comme ça»

  3. Image=d-20171222-3JPRY5_high

    Le bulletin de Theo Francken: 51%

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite