Elections 2019: Françoise Schepmans et Didier Reynders emmèneront les listes MR à Bruxelles

©Bruno D’Alimonte / Le Soir
©Bruno D’Alimonte / Le Soir

Le Mouvement réformateur a confectionné un tiers de sa liste pour l’élection régionale à Bruxelles et deux tiers pour sa liste dans la même circonscription (avec les communes à facilités de la périphérie) pour la Chambre.

A la Chambre, ce sont sept ministres ou parlementaires sortants qui se représentent, a indiqué le chef de file des réformateurs bruxellois Didier Reynders. Élément marquant, le député libéral sortant Gautier Calomne, absent samedi et pas cité lors de la présentation, ne figure qu’à la sixième place alors que le MR avait décroché quatre sièges dans la circonscription bruxelloise en 2014.

►Charles Michel et Valérie De Bue emmèneront les listes MR en Brabant wallon

Au fédéral

Les trois premières places étaient déjà connues, occupées par les ministres sortants Didier Reynders et Sophie Wilmès, et l’ex-journaliste de RTL-TVI, Michel De Maegd. La quatrième place est occupée par le député bruxellois Olivier de Clippele, qui fut en indélicatesse avec la section réformatrice d’Ixelles avant de déménager à Bruxelles. Faiseur de voix, le député sortant de Linkebeek Damien Thiery pousse la liste. Autre député sortant, l’ex-bourgmestre de Koekelberg, Philippe Pivin, qui a perdu l’écharpe maïorale en octobre dernier au profit d’Ahmed Laaouej (PS), sera premier suppléant.

A la Région

Au parlement bruxellois, le MR avait décroché 18 sièges en 2014. Après l’ex-bourgmestre de Molenbeek Françoise Schepmans et le chef de groupe sortant au parlement bruxellois, Vincent De Wolf, bourgmestre d’Etterbeek, c’est Alexia Bertrand, cheffe de file MR à Woluwe St-Pierre et cheffe de cabinet de Didier Reynders au gouvernement fédéral, qui occupera la troisième place. Elle est notamment suivie des ex-bourgmestres d’Anderlecht et Ixelles, Gaëtan Van Goidsenhoven et Dominique Dufourny, et de l’ex-échevin à la ville de Bruxelles Geoffroy Coomans. La liste est poussée par la députée régionale sortante Viviane Teitelbaum (ex-échevine à Ixelles) et le bourgmestre d’Uccle Boris Dilliès.

Parmi les éligibles au parlement bruxellois, on trouve encore Anne-Charlotte d’Ursel, Clémentine Barzin, David Leisterh (vice-président du MR bruxellois et président du CPAS de Watermael-Boitsfort), Aurélie Czekalski, David Weytsman, Latifa Ait Baala, Alain Vander Elst, Mustafa Ulusoy, Lucas Ducarme, Angelina Chan, Sabrina Baraka ou Louis de Clippele.

Il s’agit de listes qui allient « expérience et vitalité », a commenté le président du MR Charles Michel.

Il reste une semaine au MR local pour rentrer des listes complètes.

Invalid Scald ID.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Pour la première fois depuis des temps immémoriaux, on aura vu un vrai mouvement citoyen bousculer totalement l’agenda politique et imposer le thème du climat. © Photo News.

    Elections 2019: non, cette campagne n’était pas ennuyeuse

  2. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

  3. liste citoyenne

    Elections 2019: les mouvements citoyens vont-ils exister?

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Un an de RGPD. Et de culture numérique européenne

    Le 25 mai 2018 entrait en vigueur l’un des textes majeurs de cette législature européenne : le RGPD. Né dans la douleur, quelques mois après le traumatisme Cambridge Analytica, ce Règlement général sur la protection des données affichait haut et fort ses ambitions. En gros : réguler l’usage de ce nouveau carburant de l’économie numérique. Et empêcher ses acteurs de fouiller indûment dans les tiroirs de notre intimité. Le RGPD consacrait en quelque sorte un droit bétonné depuis 1948, celui du respect de la vie privée....

    Lire la suite