Incendie d’un bus rempli d’enfants en Italie: «Je voulais les utiliser comme bouclier», explique le chauffeur

Incendie d’un bus rempli d’enfants en Italie: «Je voulais les utiliser comme bouclier», explique le chauffeur

Le chauffeur ayant dérouté mercredi son bus scolaire vers l’aéroport de Milan voulait se servir des 51 collégiens qui étaient à bord comme « bouclier » humain, puis s’envoler vers l’Afrique, a-il confié aux enquêteurs, cité par les médias.

► « Personne ne sortira d’ici vivant » : un chauffeur de bus prend des collégiens en otage en Italie (vidéos)

«  Je voulais aller sur la piste de l’aéroport de Linate avec les enfants que j’aurais utilisés comme un bouclier, et de là partir en avion pour l’Afrique de manière éclatante », a-t-il expliqué lors de l’un de ses interrogatoires, cité par le journal Corriere della Sera.

«  Je ne voulais faire de mal à personne », a assuré le chauffeur d’origine sénégalaise Ousseynou Sy, qui a été bloqué par des carabiniers sur la route avant de mettre le feu au bus. Tous les enfants étaient parvenus in extremis à s’échapper par des vitres arrières brisées par les militaires.

Des paroles délirantes ?

Paroles délirantes laissant penser à un moment de folie ? L’avocat d’Ousseynou Sy a en tout cas demandé une expertise psychiatrique pour son client, qui devait être à nouveau interrogé vendredi après-midi par la justice dans sa prison.

L’homme de 47 ans aurait selon le Corriere della Sera exprimé sa haine «  des blancs » qui ont «  envahi et colonisé » l’Afrique, obligeant aujourd’hui les Africains à émigrer et «  mourir en Méditerranée ».

Le chef de la cellule antiterrorisme de Milan, Alberto Nobili, a d’ailleurs indiqué que l’homme avait posté sur Youtube une vidéo avec pour message «  Afrique soulève-toi ».

Le chauffeur a aussi confié aux enquêteurs que la saisie mardi par l’Italie du navire humanitaire « Mare Jonio », bloqué au large de l’île italienne de Lampedusa avec 48 migrants à bord, avait constitué un facteur déclenchant.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le raisonnement est connu, en substance
: le paysage politique hérité des élections du 26 mai est ingérable.

    Le scénario qui circule pour le gouvernement fédéral: un retour aux urnes en janvier-février 2020

  2. D’application pour cette rentrée 2019-2020, une circulaire de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la gratuité scolaire laisse la liberté aux parents de choisir les marques de matériel.

    Ces fournitures de rentrée que l’école ne peut imposer

  3. La personnalité forte de Jean-Marc Nollet a freiné certaines. Et succéder à la coprésidence réussie de Zakia Khattabi n’est pas simple non plus.

    Ecolo: pourquoi il fut difficile pour Jean-Marc Nollet de trouver une colistière

La chronique
  • Lettre d’Europe: le «Vieux Monde» a encore son mot à dire, non?

    L’Union européenne est à cran. Elle émerge à peine de dix ans de crise et de croissance larvée et fait face à un ralentissement économique. Les Européens regardent, médusés, le bras de fer commercial entre Washington et Pékin – et le chaud et froid que souffle l’hôte de la Maison-Blanche. Voilà qui ne fait pas notre affaire. Logique. Tout ce qui peut entraver la croissance du commerce international est perçu, de ce côté-ci de l’Atlantique, comme une (autre) menace quasi-existentielle, qui s’ajoute à la perspective d’un Brexit sans accord et d’élections anticipées en Italie, qui pourraient donner les « pleins pouvoirs » à la Ligue et à son patron Matteo Salvini.

    On aime d’autant plus détester M. Trump qu’il n’a guère d’égards pour ses « alliés » européens. Il laisse toujours planer la menace de droits de douane sur les voitures allemandes et a prévenu que l’assouplissement de la politique monétaire européenne,...

    Lire la suite

  • Crise politique italienne: «Mon cher Matteo»

    C’est curieux, la vie. C’est le jour de sa démission que Giuseppe Conte est vraiment devenu Premier ministre. Traduisons : dans son discours devant le Sénat italien, Conte a pour la première et la dernière fois (sauf s’il est à nouveau appelé aux affaires) été à la hauteur de sa mission, qui aura duré 14 mois.

    Salvini au pilori

    Ce mardi, en effet, pendant une demi-heure, l’obscur avocat non élu que personne ne...

    Lire la suite