Incendie d’un bus rempli d’enfants en Italie: «Je voulais les utiliser comme bouclier», explique le chauffeur

Incendie d’un bus rempli d’enfants en Italie: «Je voulais les utiliser comme bouclier», explique le chauffeur

Le chauffeur ayant dérouté mercredi son bus scolaire vers l’aéroport de Milan voulait se servir des 51 collégiens qui étaient à bord comme « bouclier » humain, puis s’envoler vers l’Afrique, a-il confié aux enquêteurs, cité par les médias.

► « Personne ne sortira d’ici vivant » : un chauffeur de bus prend des collégiens en otage en Italie (vidéos)

«  Je voulais aller sur la piste de l’aéroport de Linate avec les enfants que j’aurais utilisés comme un bouclier, et de là partir en avion pour l’Afrique de manière éclatante », a-t-il expliqué lors de l’un de ses interrogatoires, cité par le journal Corriere della Sera.

«  Je ne voulais faire de mal à personne », a assuré le chauffeur d’origine sénégalaise Ousseynou Sy, qui a été bloqué par des carabiniers sur la route avant de mettre le feu au bus. Tous les enfants étaient parvenus in extremis à s’échapper par des vitres arrières brisées par les militaires.

Des paroles délirantes ?

Paroles délirantes laissant penser à un moment de folie ? L’avocat d’Ousseynou Sy a en tout cas demandé une expertise psychiatrique pour son client, qui devait être à nouveau interrogé vendredi après-midi par la justice dans sa prison.

L’homme de 47 ans aurait selon le Corriere della Sera exprimé sa haine «  des blancs » qui ont «  envahi et colonisé » l’Afrique, obligeant aujourd’hui les Africains à émigrer et «  mourir en Méditerranée ».

Le chef de la cellule antiterrorisme de Milan, Alberto Nobili, a d’ailleurs indiqué que l’homme avait posté sur Youtube une vidéo avec pour message «  Afrique soulève-toi ».

Le chauffeur a aussi confié aux enquêteurs que la saisie mardi par l’Italie du navire humanitaire « Mare Jonio », bloqué au large de l’île italienne de Lampedusa avec 48 migrants à bord, avait constitué un facteur déclenchant.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 13 - Groekie - PXL Tech

    Notre assiette est promise à un avenir végétarien

  2. Abdelkader et Meriem ne sont pas trop de deux pour nourrir quotidiennement près de 500 migrants et sans-abri.

    Dans les pas de «Notre-Dame de la gare du Nord»

  3. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite