Roberto Martinez avant le match des Diables Rouges à Chypre: «Carrasco n’a pas perdu sa place au profit de Thorgan Hazard»

Roberto Martinez avant le match des Diables Rouges à Chypre: «Carrasco n’a pas perdu sa place au profit de Thorgan Hazard»
Belga

Les Diables Rouges joueront à Chypre ce dimanche (20h45), trois jours après avoir disposé de la Russie au Stade Roi Baudouin (3-1). A près de 24h du coup d’envoi, l’entraineur Roberto Martinez et le capitaine Eden Hazard étaient présents en salle de presse pour répondre aux questions des journalistes.

Les blessés

« Lukaku a une gêne au pied, c'est pourquoi il n'a pas joué pour son club. Il a bien travaillé mais nous ne voulions prendre aucun risque. Quant à Boyat, je l’ai laissé partir pour des raisons personnelles. Matz Sels est de retour à Strasbourg car il avait besoin de soins son épaule. Tous les autres joueurs sont en forme. Vermaelen va commencer, c'était prévu, également avant le départ de Boyata. Nous ne savions pas s'il le ferait, mais Thomas est prêt. »

« Chypre a évolué »

Martinez: « C'est toujours agréable de venir à Chypre car, voilà deux ans et demi, nous entamons notre campagne ici. Depuis, le nouvel entraîneur a apporté une flexibilité tactique à cette Chypre. Ils veulent le ballon et dominer. J'ai été impressionné par leur match contre la Norvège. Puis, marquer cinq buts contre le Kazakhstan, ce n’est pas rien. Nous devrons être à notre meilleur niveau, car Chypre a évolué et que des joueurs comme Efrem peuvent nous faire du mal. », a déclaré l’entraineur.

Hazard pour sa 100e cape

Pour rappel, Eden Hazard atteindra la barre des 100 matches en équipes nationale dimanche face à Chypre. Roberto Martinez a rendu hommage à son capitaine. «Cent matchs, c’est un nombre d’impressionnant pour quelqu’un d’à peine 28 ans. Cela montre à quel point Eden est un footballeur et un homme extraordinaire. C’est un exemple pour tout le monde avec ce dévouement et son engagement

Le Ca-Rrasco

Martinez a également parlé de la situation de Yannick Carrasco. Habituellement aligné sur le flanc gauche, le joueur de Dalian Yifang a progressivement disparu du onze de base des Diables rouges. «Thorgan Hazard a bien fait dans cette position, mais cela ne veut pas dire que Yannick a définitivement perdu sa place. La concurrence fait du bien et aide l’équipe à progresser. On n’a pas uniquement besoin de onze bons joueurs mais aussi d’alternatives valables. Yannick est encore un joueur important pour la Belgique.»

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite