Donald Trump salue la fin du «califat» de Daesh et promet de rester «vigilant»

©AFP
©AFP

Le président américain Donald Trump s’est félicité samedi de la fin du «califat» du groupe terroriste Etat islamique (EI), promettant que les Etats-Unis resteraient «vigilants» face à la principale organisation djihadiste au monde.

► Macron et May saluent la chute du «califat» de Daesh: «Une étape historique mais la menace demeure»

«Je suis heureux d’annoncer qu’avec nos partenaires de la coalition internationale (...), parmi lesquels les forces de sécurité irakiennes et les Forces démocratiques syriennes (FDS), les Etats-Unis ont libéré tous les territoires contrôlés par l’EI en Syrie et en Irak, 100% du ‘califat’», a indiqué M. Trump dans un communiqué.

Un territoire grand comme le Royaume-Uni

Après s’être emparé de vastes régions en Syrie et en Irak, l’EI avait proclamé en juin 2014 un «califat» sur un territoire grand comme le Royaume-Uni, instaurant sa propre administration et collectant des impôts avant de lancer une campagne de propagande pour attirer des recrues étrangères.

«Nous resterons vigilants (...) jusqu’à ce que l’organisation soit vaincue, où qu’elle soit», a ajouté le locataire de la Maison Blanche. «Nous continuerons à travailler avec nos partenaires et alliés pour écraser totalement les terroristes islamistes radicaux».

«A tous les jeunes gens sur internet qui croient en la propagande de l’EI, la mort vous attend si vous les rejoignez», a-t-il mis en garde.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. MontageFederal

    Le bulletin du gouvernement fédéral: les notes des ministres

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Maria Alyokhina sur scène à Edimbourg en Ecosse, le 15 août 2018.

    Marsha, membre des Pussy Riot: «Il faut choisir de ne pas se taire»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite