Euromillions Basket League: Mons-Hainaut fait la bonne affaire à Alost

Une sacrée bataille sous l’anneau.
Une sacrée bataille sous l’anneau. - Belga

Alost 81

Mons-Hainaut 87

Q.T. :22-13, 15-22, 17-22, 27-30

Alost :26/41 à 2 pts, 2/14 à 3 pts, 23 lfs sur 31, 30 rbds, 23 fp. Smith 2+5, Williams 8+10, CASERO 5+6, Amis 2+3, Van Impe, Buysse 0+0, GEUKENS 2+4, VAN DER MARS 9+8, Blieck, DAVIS 0+4, THOMAS 9+4, Schauvlieger

Mons :24/42 à 2 pts, 6/15 à 3 pts, 21 lfs sur 25, 28 rbds, 23 fp, Cage sorti à 78-82. Upshur 5+2, JONES 6+15, CAGE 0+9, Mortant 0+4, SMITH 0+13, Van Caeneghem 0+0, Lasisi 2+0, NIKOLIC 4+0, Giancaterino 4+0, Ekamba, Moris 10+7, CHRABASCZ 4+2

Arbitres :MM.Vanhoye, Delange et Engels

Avec le retour aux affaires d’Idris Lasisi, le jeune Mathieu Houdart sortait de la liste des douze joueurs inscrits sur la feuille de match. Conséquence : Daniel Goethals pouvait, enfin, avoir à sa disposition son effectif au grand complet. « Je voulais récupérer l’ensemble de ma troupe avant les « back to back ». J’espère que tout se déroulera normalement jusqu’à la fin de la phase classique. Une place dans le Top-5 reste notre priorité dans ce championnat », a expliqué le coach montois. De son côté, Jean-Marc Jaumin devait composer avec le forfait de son « big man » Gilles Dierickx (2m13).

Les Okapis commencent le match avec Thomas à la réalisation : 7-0. Au moment des rotations, Alost en profite pour avancer à 16-5 (7e). Débordée, la bande à Big Dan errait comme une âme en peine sur le terrain. Après le temps mort du coach montois, les Renards parviennent, enfin, à équilibrer les échanges : 22-13 (10e).

Au second quart, Alost exploite la vitesse d’exécution de Williams et Smith, tous deux experts dans le un contre un mais Mons résiste et revient dans le parcours grâce à huit points consécutifs de Moris (2x3) : 29-27 (15e).

Celui qui continue à faire mal aux Renards, c’est l’international hollandais Thomas Van Der Mars, particulièrement efficace dans la raquette (9 pts et 7 rebonds avant la pause).

Mais comme Lasisi retrouve son niveau et le chemin des filets aux lancers, Jean-Marc Jaumin est obligé de griller un temps mort. Après 35-34 (18e), la bande à Goethals revient à égalité après un lancer de Jones.

Malgré des prestations en dents de scie de Smith et Van Caeneghem en 1re période, les Renards sont parvenus à limiter les dégâts. Fidèle à ses habitudes, Moris a joué au pompier de service. Après 46-46 (26e), Mons retrouve le leadership après cinq points consécutifs de… Moris : 49-53 (29e).

Lors des dix dernières minutes, les deux formations se rendent coup pour coup et ont des difficultés à se départager : 66-65 (35e) et 70-70 (38e). BMH prend un avantage grâce à un impressionnant Jones (74-79) et gère la fin de match au mieux de ses intérêts.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Le loyer, l’université, les sorties et les courses... Kenzy paie tout
: «
J’avais envie de pouvoir être autonome, indépendant
».

    Les débrouillards: Kenzy, des études, deux boulots et une multitude de projets

  3. Le président Trump aux petits soins pour Paula White dans la salle Roosevelt de la Maison Blanche.

    Paula White, la télévangéliste qui a signé un pacte avec Trump

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite