WTA Miami: Naomi Osaka prend la porte, Serena Williams renonce, Andreescu bat encore Kerber

EPA
EPA

Osaka savait qu’elle devait se méfier de la Taïwanaise Su-wei Hsieh qui avait bien failli l’éliminer au 3e tour de l’Open d’Australie en janvier. Mais la Japonaise, lauréate des deux derniers tournois du Grand Chelem, s’est tout de même fait surprendre 4-6, 7-6 (7/4), 6-3 par la 27e mondiale.

Elle a pourtant reçu un premier avertissement quand Hsieh a pris le large dans le premier set pour mener 4-1. Elle est finalement parvenue à empocher la première manche, un bon présage, puisqu’elle avait remporté ses 63 précédents matchs où elle avait mené un set à zéro.

Cette série semblait devoir se poursuivre, puisqu’elle a servi pour le match à 5-4 dans le deuxième set, mais elle a alors perdu pied et laissé son adversaire égaliser à une manche partout. Dans la manche décisive, Osaka est bien partie, avant de craquer de nouveau.

Un manque de maturité

« J’ai manqué de maturité, car je réfléchis trop. Je ne sais pas pourquoi ça continue de se passer, c’est quelque chose d’inhabituel pour moi », a-t-elle regretté. « Je ne l’ai pas sous-estimée, je me suis peut-être sur-estimée », a ajouté Osaka.

Depuis son titre à Melbourne en janvier, son deuxième en Grand Chelem, le bilan de la Japonaise, qui a écarté son entraîneur en février, est décevant. Elle a chuté dès son entrée en lice à Dubaï, puis n’a pas dépassé le troisième tour à Indian Wells où elle était la tenante du titre.

Serena Williams out

Serena Williams n’était pas au programme de la journée de samedi, mais l’ancienne N.1 mondiale a annoncé qu’elle se retirait du tournoi floridien à cause d’une blessure au genou gauche. C’est un nouveau coup dur pour la cadette des sœurs Williams qui avait abandonné durant son match du 3e face à l’Espagnole Garbine Muguruza à Indian Wells, à cause d’un virus. Depuis son retour de son congé maternité prolongée en raison de graves problèmes de santé lors de son accouchement, l’Américaine, 37 ans, a pris part à dix tournois, a disputé, et perdu deux finales (Wimbledon, US Open), et a dû abandonner à trois reprises.

La nouvelle sensation du tennis féminin, Bianca Andreescu (WTA 24), a pris le meilleur sur l’Allemande Angelique Kerber, 4e mondiale, en trois sets 6-4, 4-6, 6-1. La Canadienne avait déjà battu Kerber il y a six jours en finale du tournoi d’Indian Wells (6-4, 3-6, 6-4) pour s’offrir le premier titre de sa carrière.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©Photonews

    Par Yves Simon

    ATP - WTA

    Que de regrets pour Elise Mertens à Stuttgart!

  • @Belga

    Équipe belge de Fed Cup: désespoir et des espoirs

  • @News

    Par A Monte-Carlo, Yves Simon

    ATP - WTA

    Rendez-vous en terre inconnue…

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite