Eden Hazard va disputer son 100e match avec les Diables rouges: «Je ne pense pas jouer jusqu’à 40 ans…» (vidéo)

Le Brainois souriant avant le grand rendez-vous de ce dimanche.
Le Brainois souriant avant le grand rendez-vous de ce dimanche. - Belga

Eden, c’est donc à Chypre que vous allez célébrer votre centième apparition sous la tunique nationale. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

J’aurais préféré que ce soit en Belgique (sourire). Je suis très content d’atteindre ce nombre à 28 ans. Avec la sélection, nous avons déjà réussi un beau parcours mais j’espère bien que ce n’est pas fini et que nous parviendrons encore à accomplir de belles choses ensemble. Je me sens toujours en pleine possession de mes moyens.

Jan Vertonghen va, lui, disputer son 112e match avec les Diables rouges. Mais il est quatre ans plus âgé que vous : espérez-vous le dépasser dans quelques années ?

S’il continue jusqu’à 40 ans, ce sera compliqué (sourire). De toute manière, je ne suis pas là pour le battre. J’espère jouer encore de nombreuses rencontres en sa compagnie parce que c’est un excellent joueur. Et en plus, c’est un chouette type, très important pour le groupe. Normalement, il doit stopper avant moi, on verra ce qui se passera…

Vous vous montrez très régulièrement décisif depuis trois ans maintenant : est-ce le système tactique qui vous y aide ?

Il n’y a pas que ça. C’est un tout : le système, la confiance, le fait que nous jouons les uns pour les autres. Sans oublier le soutien du public. C’est grâce à tout ça que je parviens à m’exprimer.

Dans nos colonnes, Enzo Scifo vous a désigné comme le meilleur joueur belge de l’histoire. Comment recevez-vous ce compliment ?

Cela fait très plaisir venant de sa part. Après, c’est compliqué de comparer les générations. Et je n’aime pas ces comparaisons car il y a toujours eu des grands joueurs. Ce n’est pas à moi de juger qui est meilleur ou moins bon. Mais bon, si Enzo pense ça, j’en suis heureux. Je vais continuer à travailler pour m’améliorer.

Vous allez recevoir une casquette pour fêter votre centième match : qu’allez-vous en faire ?

Elle va aller dans mon garage, comme tous les autres trophées (sourire). Je n’attache pas trop d’importance à toutes les récompenses, toutes les médailles.

Connaissez-vous le meilleur buteur belge de l’histoire contre Chypre ?

Si vous me posez la question, c’est que c’est sans doute moi.

Exactement ! Chypre est même votre adversaire fétiche (4 buts), à quoi peut-on s’attendre ce dimanche ?

Je me rappelle du dernier match ici, on a gagné 0-1 mais je n’avais pas été très bon (NDLR : en fait, il parle de l’avant-dernier match disputé à Nicosie, en 2015). Espérons qu’on réalise une meilleure prestation. Si je marque, tant mieux, mais j’espère surtout qu’il y aura une victoire au bout, c’est le plus important.

Combien de temps comptez-vous encore revêtir le maillot des Diables rouges ?

Honnêtement, je ne pense pas que j’irai jusqu’à 40 ans. Je vais voir comment mon corps réagira. Pour le moment, tout va bien mais avec l’accumulation des matches, c’est parfois compliqué. On a envie de participer à un maximum de grandes compétitions, on verra bien. Et, comme je l’ai déjà dit, si je vois que la nouvelle génération pousse bien, je n’aurai aucun souci à laisser ma place aux plus jeunes.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite