Eden Hazard va disputer son 100e match avec les Diables rouges: «Je ne pense pas jouer jusqu’à 40 ans…» (vidéo)

Le Brainois souriant avant le grand rendez-vous de ce dimanche.
Le Brainois souriant avant le grand rendez-vous de ce dimanche. - Belga

Eden, c’est donc à Chypre que vous allez célébrer votre centième apparition sous la tunique nationale. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

J’aurais préféré que ce soit en Belgique (sourire). Je suis très content d’atteindre ce nombre à 28 ans. Avec la sélection, nous avons déjà réussi un beau parcours mais j’espère bien que ce n’est pas fini et que nous parviendrons encore à accomplir de belles choses ensemble. Je me sens toujours en pleine possession de mes moyens.

Jan Vertonghen va, lui, disputer son 112e match avec les Diables rouges. Mais il est quatre ans plus âgé que vous : espérez-vous le dépasser dans quelques années ?

S’il continue jusqu’à 40 ans, ce sera compliqué (sourire). De toute manière, je ne suis pas là pour le battre. J’espère jouer encore de nombreuses rencontres en sa compagnie parce que c’est un excellent joueur. Et en plus, c’est un chouette type, très important pour le groupe. Normalement, il doit stopper avant moi, on verra ce qui se passera…

Vous vous montrez très régulièrement décisif depuis trois ans maintenant : est-ce le système tactique qui vous y aide ?

Il n’y a pas que ça. C’est un tout : le système, la confiance, le fait que nous jouons les uns pour les autres. Sans oublier le soutien du public. C’est grâce à tout ça que je parviens à m’exprimer.

Dans nos colonnes, Enzo Scifo vous a désigné comme le meilleur joueur belge de l’histoire. Comment recevez-vous ce compliment ?

Cela fait très plaisir venant de sa part. Après, c’est compliqué de comparer les générations. Et je n’aime pas ces comparaisons car il y a toujours eu des grands joueurs. Ce n’est pas à moi de juger qui est meilleur ou moins bon. Mais bon, si Enzo pense ça, j’en suis heureux. Je vais continuer à travailler pour m’améliorer.

Vous allez recevoir une casquette pour fêter votre centième match : qu’allez-vous en faire ?

Elle va aller dans mon garage, comme tous les autres trophées (sourire). Je n’attache pas trop d’importance à toutes les récompenses, toutes les médailles.

Connaissez-vous le meilleur buteur belge de l’histoire contre Chypre ?

Si vous me posez la question, c’est que c’est sans doute moi.

Exactement ! Chypre est même votre adversaire fétiche (4 buts), à quoi peut-on s’attendre ce dimanche ?

Je me rappelle du dernier match ici, on a gagné 0-1 mais je n’avais pas été très bon (NDLR : en fait, il parle de l’avant-dernier match disputé à Nicosie, en 2015). Espérons qu’on réalise une meilleure prestation. Si je marque, tant mieux, mais j’espère surtout qu’il y aura une victoire au bout, c’est le plus important.

Combien de temps comptez-vous encore revêtir le maillot des Diables rouges ?

Honnêtement, je ne pense pas que j’irai jusqu’à 40 ans. Je vais voir comment mon corps réagira. Pour le moment, tout va bien mais avec l’accumulation des matches, c’est parfois compliqué. On a envie de participer à un maximum de grandes compétitions, on verra bien. Et, comme je l’ai déjà dit, si je vois que la nouvelle génération pousse bien, je n’aurai aucun souci à laisser ma place aux plus jeunes.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les offres de service des libéraux francophones
: «
plus qu’une demande, moins qu’un chantage
»
?

    Négociations: tout le monde freine, même à Bruxelles

  2. ©News

  3. d-20171004-3H7GND 2019-07-11 06:57:30

    Les aides publiques aux aéroports régionaux dopent Ryanair… et les émissions de C02

Chroniques
  • Vous avez de ces mots: un ostracisme façon {beulemans}

    Un bruxellois mythique

    Zinnekes de tous poils, kiekefretters de toutes plumes, ne m’en veuillez pas de dire tout droit dehors ce que je pense : le parler bruxellois n’est pas une langue. Je veux dire : il n’est pas une langue reposant sur un système linguistique partagé par une communauté de locuteurs, comme le français ou le wallon. Il fait partie de ces codes mixtes, tels le camfranglais ou le francolof en Afrique, qui varient sensiblement d’un locuteur à l’autre.

    Mais qu’est-ce qu’il raconte, ce zievereir ? Pas une langue, mon bruxellois ? Qu’est-ce que moi je te cause alors ? Qu’est-ce que tu fais avec les Fables de Pitje Schramouille ? Les Flauwskes de Jef Kazak ? La Famille Kaekebroek ? Les marionnettes de Toone ? Et Le mariage de Mlle Beulemans, ça n’est pas du spek pour ton bec, peut...

    Lire la suite

  • Gouvernements escargots

    Cette semaine, si tout va bien, le nouveau gouvernement bruxellois devrait voir le jour. C’est une prouesse en soi : la formation de l’exécutif de la capitale aura nécessité l’accord de six formations politiques, trois francophones et trois néerlandophones, et, dans le débat politique belge, Bruxelles est une Région qui cristallise souvent les tensions entre les premiers et les seconds. Un vrai gouvernement belge, en quelque sorte. Oui, c’est possible. Les Bruxellois entendent depuis quelques jours déjà parler de mobilité, de logement...

    Lire la suite