Eden Hazard va disputer son 100e match avec les Diables rouges: «Je ne pense pas jouer jusqu’à 40 ans…» (vidéo)

Le Brainois souriant avant le grand rendez-vous de ce dimanche.
Le Brainois souriant avant le grand rendez-vous de ce dimanche. - Belga

Eden, c’est donc à Chypre que vous allez célébrer votre centième apparition sous la tunique nationale. Qu’est-ce que cela vous inspire ?

J’aurais préféré que ce soit en Belgique (sourire). Je suis très content d’atteindre ce nombre à 28 ans. Avec la sélection, nous avons déjà réussi un beau parcours mais j’espère bien que ce n’est pas fini et que nous parviendrons encore à accomplir de belles choses ensemble. Je me sens toujours en pleine possession de mes moyens.

Jan Vertonghen va, lui, disputer son 112e match avec les Diables rouges. Mais il est quatre ans plus âgé que vous : espérez-vous le dépasser dans quelques années ?

S’il continue jusqu’à 40 ans, ce sera compliqué (sourire). De toute manière, je ne suis pas là pour le battre. J’espère jouer encore de nombreuses rencontres en sa compagnie parce que c’est un excellent joueur. Et en plus, c’est un chouette type, très important pour le groupe. Normalement, il doit stopper avant moi, on verra ce qui se passera…

Vous vous montrez très régulièrement décisif depuis trois ans maintenant : est-ce le système tactique qui vous y aide ?

Il n’y a pas que ça. C’est un tout : le système, la confiance, le fait que nous jouons les uns pour les autres. Sans oublier le soutien du public. C’est grâce à tout ça que je parviens à m’exprimer.

Dans nos colonnes, Enzo Scifo vous a désigné comme le meilleur joueur belge de l’histoire. Comment recevez-vous ce compliment ?

Cela fait très plaisir venant de sa part. Après, c’est compliqué de comparer les générations. Et je n’aime pas ces comparaisons car il y a toujours eu des grands joueurs. Ce n’est pas à moi de juger qui est meilleur ou moins bon. Mais bon, si Enzo pense ça, j’en suis heureux. Je vais continuer à travailler pour m’améliorer.

Vous allez recevoir une casquette pour fêter votre centième match : qu’allez-vous en faire ?

Elle va aller dans mon garage, comme tous les autres trophées (sourire). Je n’attache pas trop d’importance à toutes les récompenses, toutes les médailles.

Connaissez-vous le meilleur buteur belge de l’histoire contre Chypre ?

Si vous me posez la question, c’est que c’est sans doute moi.

Exactement ! Chypre est même votre adversaire fétiche (4 buts), à quoi peut-on s’attendre ce dimanche ?

Je me rappelle du dernier match ici, on a gagné 0-1 mais je n’avais pas été très bon (NDLR : en fait, il parle de l’avant-dernier match disputé à Nicosie, en 2015). Espérons qu’on réalise une meilleure prestation. Si je marque, tant mieux, mais j’espère surtout qu’il y aura une victoire au bout, c’est le plus important.

Combien de temps comptez-vous encore revêtir le maillot des Diables rouges ?

Honnêtement, je ne pense pas que j’irai jusqu’à 40 ans. Je vais voir comment mon corps réagira. Pour le moment, tout va bien mais avec l’accumulation des matches, c’est parfois compliqué. On a envie de participer à un maximum de grandes compétitions, on verra bien. Et, comme je l’ai déjà dit, si je vois que la nouvelle génération pousse bien, je n’aurai aucun souci à laisser ma place aux plus jeunes.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Song Ji Won, une machine de guerre. En plus, elle a l’air de s’amuser, ce qui donne à l’ensemble un aspect réjouissant
!

    Reine Elisabeth: Ji Won Song, la force de la simplicité

  2. Chaussée d’Ixelles à Bruxelles, piétons, vélos et bus cohabitent dans un espace semi-piétonnier. © Bruno Dalimonte.

    Les programmes à la loupe: mobilité, gros sous et belles promesses

  3. La cour et les jurés ont fait une véritable plongée dans la misère d’une famille carencée.

    Valentin Vermeesch a passé sa courte vie à essayer d’être aimé

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite