Norvège: le dénouement approche pour les 1.373 occupants du paquebot en difficulté

Le navire de croisière Viking Sky, victime samedi d’une panne moteur dans des eaux périlleuses au large de la Norvège, a été pris en remorque dimanche pour être acheminé vers un port de refuge, interrompant la spectaculaire évacuation par hélicoptère de ses 1.373 occupants.

>Paquebot en difficulté en Norvège: trois des quatre moteurs ont redémarré

Pendant la manoeuvre visant à faire pivoter le paquebot, les services de secours ont décidé d’une pause dans les opérations d’hélitreuillage qui ont permis, selon leur dernier décompte, de transporter 460 passagers vers la terre ferme. Dix-sept d’entre eux ont été hospitalisés.

Le Viking Sky avait lancé un appel de détresse samedi en début d’après-midi après avoir connu une avarie moteur. Dans des conditions météorologiques difficiles, il dérivait alors vers des eaux côtières jalonnées de récifs au large de la région de Møre og Romsdal (ouest de la Norvège).

Après avoir pu redémarrer un de ses moteurs, il avait réussi à se stabiliser en jetant l’ancre à environ deux kilomètres du littoral, et les autorités avaient lancé une vaste opération d’évacuation grâce à une noria de cinq hélicoptères.

>«Terrifiant»: 5 hélicoptères évacuent les 1.300 passagers d’un paquebot en difficulté en Norvège (vidéos)

Météo difficile

Des images impressionnantes prises depuis l’intérieur du Viking Sky montraient le navire rouler très fortement: mobilier et plantes glissaient librement d’un côté à l’autre tandis que des éléments du plafond s’abattaient sur des passagers qui s’efforçaient néanmoins de garder leur calme.

Sur d’autres vidéos filmées ultérieurement, on voit des dizaines de passagers, là aussi flegmatiques, attendant leur évacuation, un gilet de sauvetage fluorescent sur le dos.

Après avoir réussi à redémarrer trois de ses quatre moteurs, le paquebot s’est éloigné des côtes dimanche matin et a été pris en charge par deux remorqueurs, l’un devant l’autre derrière, pour être acheminé vers le port de Molde, à environ 80 kilomètres de là.

Les opérations sont rendues compliquées par une météo toujours difficile et l’âge avancé d’un bon nombre de passagers qui, selon la police, sont de nationalité britannique ou américaine pour la plupart.

Selon les secours, le Viking Sky devait encore parcourir environ 60 kilomètres avant de retrouver des eaux plus tranquilles.

Les personnes évacuées ont été prises en charge dans un centre d’accueil.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Plus de 290 personnes ont perdu la vie.

    Attentats au Sri Lanka: une nouvelle plaie ouverte dans l’histoire du pays

  2. Si l’épreuve du CEB peut-être stressante tant pour les parents que pour les élèves, le taux de réussite n’est jamais descendu en dessous de 85,5
%.

    CEB: des stages pour soutenir, motiver, encourager

  3. A Molenbeek, des participants au projet Aircasting ont organisé une manifestation sur la place communale pour sensibiliser la population et les politiques à la pollution de l’air.

    Mesurer la pollution, c’est dans le vent

Chroniques
  • Collecte de dons pour Notre-Dame de Paris: retour de flamme

    Cent millions d’euros », lance l’un. « 200 millions », renchérit l’autre. Qui dit mieux ?

    Heureusement, à la fin, le lot ne sera pas adjugé, puisqu’il s’agit non pas d’un tableau de maître, mais d’une cathédrale maîtresse.

    Donc nos grands capitalistes ont fait assaut de générosité pour voler au secours, non d’un peuple asservi, non d’un peuple dans la misère – n’exagérons pas ! –, mais d’un monument dans le besoin : Notre-Dame de Paris.

    L’extrême gauche s’est indignée. C’est à la fois normal et bête. « Beau et con à la fois » comme le chantait Jacques Brel.

    Quelle surprise, en effet, que de découvrir que les riches sont très riches ! Surtout quand ce sont des héritiers. Aurait-il fallu...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite