Thaïlande: premières législatives depuis le coup d’Etat de 2014

Thaïlande: premières législatives depuis le coup d’Etat de 2014

Les Thaïlandais ont voté dimanche pour leurs premières élections législatives depuis le coup d’État de 2014, un test pour les généraux qui entendent bien conserver le pouvoir mais pourraient pâtir d’une forte mobilisation électorale.

Depuis des années, la Thaïlande est profondément divisée entre des factions favorables à la famille influente des Shinawatra (les «rouges ») et une élite conservatrice alignée sur l’armée (les «jaunes ») qui se présente comme un gage de stabilité et de protection de la monarchie.

Mais les lignes sont plus incertaines lors de ce scrutin.

Plus de sept millions de nouveaux électeurs, âgés de 18 à 25 ans, étaient inscrits et de nouveaux partis, comme Future Forward ("En avant l’avenir") du milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit, pourraient tirer parti de cette nouvelle donne.

« Soutenir les bonnes personnes »

Au total, 51 millions de Thaïlandais étaient appelés à se rendre aux urnes. Les résultats préliminaires sont attendus dans la soirée et les principaux acteurs politiques se sont retirés dans leurs QG dans l’attente des résultats.

Samedi soir, le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, dont les interventions publiques sont rarissimes, a appelé à «soutenir les bonnes personnes» pour «empêcher de semer le chaos». Il reprenait des termes employés en 1969 par son père Bhumibol Adulyadej, adoré des Thaïlandais et décédé en 2016.

Le message de Rama X, dont l’influence dans le royaume va bien au-delà de son statut de monarque constitutionnel, a été diffusé à plusieurs reprises par les chaînes de télévision jusqu’à l’ouverture des bureaux de vote.

De leurs côtés, les électeurs se sont rendus en nombre dans les temples, écoles ou administrations pour voter.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Starlette des cours de récré, la clémentine se distingue par son goût sucré, son absence de pépins dg sa pelure facile à ôter.

    La clémentine, le fruit emblématique de la Saint-Nicolas

  2. La princesse Astrid, les ministres et une délégation d’hommes d’affaires ont été reçus jeudi au siège du géant chinois Alibaba, au sommet de la Shanghai Tower.

    Mission économique belge: Alibaba en mode séduction pour les entreprises belges

  3. Gwendolyn Rutten, présidente du VLD, entourée de Patrick Dewael, président de la Chambre, Alexander De Croo, ministre fédéral, et Bart Somers, ministre en Flandre.

    Négocier un gouvernement arc-en-ciel? Les libéraux flamands ont la clé

La chronique
  • Si tu ne vas pas à Montaigne…

    Et si on me foutait la paix ? » Voilà comment Montaigne a réagi, j’en suis sûr, en apprenant que des experts voulaient fouiller son cercueil et analyser ses restes pour vérifier… Vérifier quoi au juste ? Que sa dépouille est celle du magnifique philosophe humaniste bordelais ? Et après ? Même si c’est lui qui repose dans ce tombeau depuis 1592, la Montaigne accouchera d’une souris. Parce que ça leur apportera quoi au juste aux admirateurs des Essais  ? Croient-ils qu’il se redressera pour ajouter un chapitre inédit plein de cette sagesse dont nous avons bien besoin, il est vrai ?

    Peu d’écrivains ont laissé autant de traces que Montaigne. Les fondements des Lumières, la première place donnée à l’individu, on lit tout ça dans ses Essais. « Chaque homme porte la forme entière, de l’humaine condition ». Une réflexion qui résonne d’une singulière actualité dans le climat de violence, d’intolérance et d’égarement que nous traversons.

    Il faut lire et faire lire ses écrits....

    Lire la suite

  • Décret Paysage: vous avez raison Mme Glatigny, changez-le!

    On sait qu’il ne faut pas se fier aux cas particuliers. Qu’une histoire entendue lors d’une réunion de famille ou à un dîner entre amis ne fait pas une tendance. Mais depuis des mois, les cas isolés commençaient à ressembler à une maladie contagieuse. Certains parents d’étudiants universitaires, à la question « en quelle année est-il ? », semblaient répondre : « Je ne sais pas. » Et à « a-t-il réussi son année ? ». « Oui, peut-être, mais non, enfin pas complètement. »...

    Lire la suite