Comment la France a battu la Belgique lors de la Coupe du monde? Didier Deschamps dévoile son plan

Photo News
Photo News

La demi-finale de la Coupe du monde 2018 reste encore dans tous les esprits. Après avoir vaincu le Brésil en quart de finale (2-1), la Belgique est tombée contre la France (1-0) grâce à un but de la tête de Samuel Umtiti.

Près de huit mois après cette grosse désillusion pour les Diables rouges, Didier Deschamps, le sélectionneur français, revient sur cette rencontre. Il explique notamment dans le JDD comment il a réussi à contrecarrer les plans de Roberto Martinez.

« Je savais – j’avais eu des infos par les joueurs – que les Belges pensaient nous faire très mal sur coups de pied arrêtés. On a modifié un ou deux placements », explique le champion du monde tricolore. Avant de poursuivre : « Pareil offensivement. La qualité d’Antoine Griezmann a fait la différence. »

Dans cet entretien, Deschamps revient aussi sur le quart de finale face à l’Uruguay. « On a cherché cet axe dans lequel ils mettaient leurs trois meilleurs joueurs de tête. Ils reculaient avant même que le frappeur ne tire. Et au moment de la frappe, ils avançaient pour attaquer le ballon. On s’est adapté. Les receveurs savaient qu’il y aurait un contretemps d’Antoine à la frappe, ils sont arrivés lancés pour avoir plus d’espace. Et on a visé la zone devant le point de penalty pour couper la trajectoire. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Bruxelles-les-Bains a vécu. La faute aux travaux programmés. Et à une volonté de décentralisation.

    Bruxelles-les-Bains, c’est fini: place à Hello Summer

  2. @News

    Antwerp - Standard: Laszlo Bölöni, entre crainte et respect

  3. L’ail des ours fait partie des plantes sauvages dont la consommation est encouragée par l’ASBL Cuisine sauvage.

    Plantes sauvages: un garde-manger gratuit et accessible

Chroniques
  • Vie privée et numérique: grimacez! Vous êtes filmé

    Début avril, le New York Times a lancé une série spéciale, intitulée le Privacy Project, qui sonne le tocsin contre tous ceux qui nous espionnent, nous filment, nous fichent, nous taggent, nous ciblent. « Les pays occidentaux sont en train de construire un Etat de surveillance aussi totalitaire que celui actuellement mis en œuvre par le gouvernement chinois », s’inquiétait le chroniqueur Farhad Manjoo.

    Exagération ? On a peine à s’imaginer que le système de surveillance chinois, en particulier son recours massif à la reconnaissance faciale pour traquer les citoyens déviants, puisse être adopté par des démocraties libérales. Et pourtant. « Nous avons abandonné trop de contrôle sur notre vie numérique, écrivait sa collègue Kara Swisher. Nous ne pouvons plus le tolérer ».

    Elle n’est pas seule...

    Lire la suite

  • Macron: le prix à payer pour une politique «plus humaine»

    L’intervention d’Emmanuel Macron ce jeudi soir était censée ranimer son quinquennat. Un mandat toujours englué, après deux ans de pouvoir, dans une crise sociale sans fin et une impopularité record. Pas sûr que le but ait été atteint.

    Certes, le moment était grave. Il a su trouver le ton juste pour regretter ses erreurs et retracer un...

    Lire la suite