«Gilets jaunes»: une enquête ouverte à Nice après la blessure d’une manifestante

«Gilets jaunes»: une enquête ouverte à Nice après la blessure d’une manifestante

Une enquête a été ouverte à Nice sur les circonstances dans lesquelles une manifestante septuagénaire, dont la famille va porter plainte, a été grièvement blessée samedi lors d’une charge de la police contre des manifestations de «gilets jaunes», a-t-on appris dimanche auprès du parquet.

>Gilets jaunes: la famille d’une septuagénaire blessée à Nice va porter plainte contre la police

Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a déclaré à l’AFP qu’il avait ouvert dès samedi après-midi «une enquête classique en recherche des causes des blessures». «J’ai ordonné la saisie des images vidéo, par ailleurs d’excellente qualité, et fait des réquisitions auprès de l’hôpital Pasteur», a ajouté M. Prêtre qui a aussi fait ausculter Geneviève Legay, 73 ans, samedi soir par un médecin légiste.

«Elle a été prise en charge par les pompiers avec une qualification d’urgence relative, et à son arrivée à l’hôpital, elle s’est retrouvée avec une appréciation médicale montée d’un cran, qualifiée de pronostic réservé», a-t-il précisé. «Elle a apparemment tapé fort sur un poteau (délimitant le parcours) du tramway. Cela s’est fait dans la phase de dispersion» du rassemblement, qui avait lieu dans un périmètre où les manifestations avaient été interdites, a ajouté le procureur.

>Calme à Paris, heurts à Nice et échauffourées à Montpellier: 8.300 gilets jaunes ont manifesté en France

Fractures du crâne

Les pompiers avaient évacué Mme Legay consciente malgré ses blessures et la flaque de sang visible au niveau de sa tête, avaient constaté des journalistes de l’AFP. La militante de l’association Attac souffre de plusieurs fractures au crâne et d’hématomes sous-duraux, selon sa fille.

«Quand on se maintient dans une manifestation après les sommations réglementaires pour dire que les gens doivent se disperser, c’est un délit. Pour elle, ce n’est pas si net: là où ça s’est passé, c’était presque en dehors de la place, dans un mouvement confus des forces de l’ordre et des manifestants», a poursuivi M. Prêtre.

Dimanche, la garde des Sceaux a adressé ses voeux de rétablissement à la manifestante tout en s’étonnant de sa démarche. «Je trouve tout de même curieux que lorsqu’une manifestation est interdite, comme c’était le cas à Nice, quelqu’un aille absolument avec la volonté de manifester à cet endroit-là», a indiqué Nicole Belloubet sur BFMTV.

«Il y avait quelques périmètres, dans certaines villes, où les manifestations étaient interdites», a-t-elle détaillé. «A la suite de sommations, une personne qui y reste est susceptible de commettre un délit et c’est dans ce cadre là que les événements se sont passés».

Dépot de plainte

La famille de Mme Legay a décidé de porter plainte pour «violences volontaires en réunion avec arme par personnes dépositaires de l’autorité publique et sur personne vulnérable», a affirmé à l’AFP l’avocat de la famille, Me Arié Alimi. La plainte, qui «sera déposée lundi à Nice», visera également «le préfet en qualité de complice par ordres», selon l’avocat.

«La charge de la police a été très violente. Mme Legay (...) a été très grièvement blessée. Elle est ce matin dans un état stable et pas dans le coma, comme on a pu le craindre», a-t-il ajouté.

Samedi, la manifestation des «gilets jaunes» avait été interdite dans une grande partie de la ville de Nice, par crainte de débordements avant l’arrivée du président chinois Xi Jinping qui doit notamment dîner avec Emmanuel Macron dimanche soir à Beaulieu-sur-mer.

Au total, 61 personnes ont été placées en garde à vue samedi, dont 20 avaient été libérées dimanche matin, a encore précisé M. Prêtre.

Rappelant que Mme Legay était sa porte-parole dans les Alpes-Maritimes, Attac a dénoncé la «violente charge» des CRS et jugé «illégitime» l’interdiction préfectorale.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © Sylvain Piraux - Le Soir

    Yvon Englert (ULB): «La proposition du MR pour la fusion UCL/Saint-Louis, c’est le venin de la discorde»

  2. Deux migrants venus de Côte d’Ivoire en route pour le col de l’Echelle. Au risque d’accidents s’ajoutent les menaces de l’extrême droite identitaire. © AFP.

    Dans les Alpes, les migrants fuient l’Italie de Salvini

  3. Pour la gauche en revanche, Steve Bannon est le diable en personne. Ce qui lui convient plutôt.

    Élections européennes: la méthode Steve Bannon

Chroniques
  • L’élection cachée

    Elections gâchées d’abord ; la première chose qui me frappe, dans la campagne nationale et européenne, c’est le poids de plus en plus lourd que pèsent les rumeurs, les fake news, les manipulations de toutes sortes. Plutôt que de mettre en avant un programme, les candidats se lancent dans des attaques plus ou moins masquées visant à discréditer l’adversaire. Un tel prendrait tel autre dans son équipe, lequel serait ceci ou cela… Il aurait dit que… L’argumentaire porte sur les intentions prêtées (ou volées), pas sur les propositions réelles et les actes. J’ai pointé l’importance que risque de jouer un personnage comme Steve Bannon dans la prochaine élection européenne  ; mais ce que Bannon joue à grande échelle (la manipulation, la désinformation, l’attaque personnelle…) est devenu le comportement de base.

    On aurait pu espérer que des élections rectorales dans une université se passent différemment ; les académiques et chercheurs, leurs étudiants, sont supposés...

    Lire la suite

  • Grève des contrôleurs aériens: le beurre et l’argent du beurre

    Depuis quelques jours, c’est un peu le monde à l’envers pour ceux qui ont une vue caricaturale de francophones qui cultiveraient la grève, ne jureraient que par l’actionnariat public et pour qui la protection des travailleurs relèverait du sacré.

    Jugez plutôt : le patron (wallon) de l’aéroport de Liège demande la privatisation de Skeyes, l’entreprise publique fédérale en charge du contrôle aérien, le ministre en charge des Aéroports à la Région wallonne, Jean Luc Crucke, vient de suspendre le...

    Lire la suite